twitter facebook chevron-right

Assemblée: le "perchoir" et tous les postes REM remis en jeu à mi-mandat

Le "perchoir" et tous les autres postes à responsabilité de la République en marche (REM) à l'Assemblée nationale seront remis en jeu à mi-mandat, dans deux ans et demi, a annoncé mardi le président du groupe majoritaire, Richard Ferrand.

Richard Ferrand, le 18 juin 2017 à Châteaulin, lors du second tour des législativesRichard Ferrand, le 18 juin 2017 à Châteaulin, lors du second tour des législatives

Le "perchoir" et tous les autres postes à responsabilité de la République en marche (REM) à l'Assemblée nationale seront remis en jeu à mi-mandat, dans deux ans et demi, a annoncé mardi le président du groupe majoritaire, Richard Ferrand.

Les sortants ne pourront pas se représenter pour ces postes, a précisé le député du Finistère lors d'une conférence de presse, quelques heures après une réunion de groupe au cours de laquelle François de Rugy a été choisi comme candidat pour la présidence de l'Assemblée.

"Cette disposition figure dans notre règlement intérieur et s'appliquera à tout le monde. Vous aurez donc quelqu'un d'autre devant vous à Noël 2019", a ajouté M. Ferrand, qui était entouré des vice-présidents et des quatre porte-parole du groupe.

La présidence de la commission des Affaires étrangères sera pour le MoDem. L'ancienne ministre Marielle de Sarnez souhaite l'obtenir.

La présidence de la commission des Finances, laissée à l'opposition, reviendra à LR, a précisé le chef de file des députés REM. Eric Woerth et le sortant Gilles Carrez sont sur les rangs.

M. Ferrand a rappelé le principe d'une parité pour les présidences de commission. La déclaration politique du groupe, adoptée mardi matin, prévoit "la mixité dans les nominations aux postes clés de l'Assemblée nationale", dont les commissions.