twitter facebook chevron-right
Budget

Patrimoine : Gilles Carrez dénonce "un hold-up" sur le budget 2019

L'élu Les Républicains a vivement dénoncé dans l'hémicycle l'annulation de la réserve de précaution des crédits alloués au patrimoine pour cette année. 25 millions d'euros sont en jeu, soit "un montant supérieur aux seules recettes du loto du patrimoine" a-t-il déploré.
2 min

"C'est bien de voter des crédits, c'est mieux de les exécuter !" Gilles Carrez est en colère et il veut le faire savoir. En plein examen de la loi de finances 2020, le rapporteur des crédits dédiés au patrimoine a fustigé un "hold-up" sur son budget pour l'année en cours. Le député du Val-de-Marne a en effet levé un lièvre dans la loi de finances rectificative 2019.

Ce texte, qui vient chaque année ajuster le budget voté l'année précédente, prévoit en effet "une annulation totale des 21 millions d'euros de réserve de précaution et une annulation supplémentaire de 4 millions d'euros", souligne le spécialiste des finances.

En séance, Gilles Carrez s'est donc fendu d'un coup de gueule pour demander au ministre de la Culture de rectifier le tir :

Il y a un véritable hold-up ! 25 millions d'euros chers collègues, rendez-vous compte, c'est plus que ce que rapporte le loto du patrimoine. Par une opération qui se déroule en quelques jours, un budget, qui était un beau budget, va se terminer en fiasco.Gilles Carrez, 12 novembre 2019

Un peu plus tôt à la tribune, Gilles Carrez avait rappelé en outre que Franck Riester et ses services lui avaient assuré que ces crédits mis en réserve "ne seraient en aucun cas annulés".

En 2018, cette même enveloppe de crédits gelés avait été entièrement débloquée pour doubler la mise des recettes du loto du patrimoine, après une polémique sur le maintien du reversement à l'État des taxes issues des tirages et des jeux de grattage dédiés à l'opération.

"Solidarité interministérielle"

Alors que l'examen du projet de loi de rectificatif aura lieu mercredi dans l'hémicycle, le ministre a formulé une réponse laconique : "Il y a une réserve de précaution qui est faite pour être mobilisée en cas de besoin. C'est la décision qu'a pris le gouvernement en 2019."

De fait, chaque enveloppe budgétaire est gelée à hauteur de 3% afin de parer "aux dépenses imprévues" ou pour faire face "aux besoins de la solidarité interministérielle", lit-on dans le projet de loi de finances rectificative. Le gouvernement a donc puisé dans les quelque 4,5 milliards d'euros gelés en 2019 "pour contribuer au financement de mesures d’urgence" issues de la crise des Gilets jaunes.

Parmi les cent vingt-quatre programmes du budget général de l'État, celui dédié au patrimoine, consacré principalement aux musées et monuments historiques, a lui aussi apporté sa pierre à l'édifice...