twitter facebook chevron-right
élection présidentielle de 2017

INFO LCP - Filteris, l'étrange boule de cristal des fillonistes

La société, spécialisée dans l'analyse des données, "prédit" depuis un mois la présence de François Fillon au second tour de la présidentielle. Du pain bénit pour le candidat de la droite, alors que l'ensemble des instituts de sondage le voit hors-jeu jusque-là. Mais la "méthode Filteris" pose question et, selon nos informations, l'un des actionnaires historiques est un ami de vingt ans de Pierre Fillon, le frère du candidat.
10 min

Les tweets fusent, tournent en boucle, souvent avec un même message relayé par une myriade de comptes anonymes. "Plus fiables que les sondages, les mesures big-data #FILTERIS", écrit un supporter de François Fillon. "Le seul institut de sondages fiable est #Filtéris qui avait donné #FFillon gagnant à la primaire contre tous les autres qui voyaient Juppé", prétend un autre. "Regardez #FILTERIS qui sont bien plus fiables : ils ont donné le Brexit, la victoire de Trump et celle de Fillon", assure un troisième.

Les pronostics de Filteris sur la présidentielle sont devenus "la" référence pour les soutiens de François Fillon. Et pour cause : contrairement à la plupart des instituts de sondages, ses résultats sont les seuls à qualifier le candidat au second tour de la présidentielle. Le 6 mars, au lendemain du rassemblement du Trocadero qui a sauvé la campagne du candidat de la droite et du centre, Filteris publiait ces résultats :

Une aubaine pour le camp Fillon, qui, le soir même, envoie ces résultats à tous les sympathisants, en y ajoutant ce message :

La méthode d'analyse de l'opinion "Filteris" avait prédit dès le mois d’octobre la victoire de François Fillon à la primaire. Elle le place aujourd’hui en deuxième position au premier tour de l’élection présidentielle, deux points devant Emmanuel Macron.
E-mail adressé par l'équipe de François Fillon à ses abonnés, 6 mars 2017

Les militants Les Républicains propagent immédiatement l'étude sur les réseaux sociaux. Beaucoup saluent des résultats enfin "impartiaux", une impression légitimée par le fait qu'"aucun média" ne s'en ferait le relais. L'équipe de campagne de Fillon ne cache pas sa joie :

"Nettoyeur" de web-réputation

Mais qui est Filteris ? Une entreprise canadienne spécialisée dans l'image des entreprises et institutions sur Internet, qui propose notamment de "nettoyer" la réputation de ses clients sur la Toile. Un jeune homme de 18 ans s'affichait un peu trop dans les bars, un verre à la main ? Sa mère paie 5 000 dollars pour qu'il retrouve une image plus sage auprès de futurs employeurs... "Une fois que Filteris se sera penchée sur votre cas, votre cyber-réputation redeviendra blanc comme neige !", écrit le média québécois L'Actualité en 2010.

Fondée en 2002 par Jérôme Coutard et Isabelle Dornic, un couple de Sarthois expatriés, Filteris a depuis élargi ses compétences aux champs prometteurs du "big data", ces mégadonnées disponibles en quantité folle sur le web et que les algorithmes les plus puissants tentent de déchiffrer, tant pour prévenir les épidémies que pour anticiper les comportements des consommateurs... ou tenter de deviner les résultats électoraux.

"Pas un sondage"

Après les élections présidentielles de 2007 et 2012, le couple et son équipe d'ingénieurs ont donc décidé de rempiler cette année pour livrer quotidiennement leurs prévisions électorales sur Facebook et Twitter, en attendant une application mobile la semaine prochaine.

La méthode Filteris ? "On ne pose pas de question, on ne constitue pas d'échantillon, on évite les biais des réponses 'socialement acceptables'" explique Jérôme Coutard à LCP.fr. "Nous, on teste les candidats sur les moteurs de recherche, comme on le ferait pour un produit ou une marque, avec une liste de questions." En tout, plusieurs centaines de milliers d’occurrences sont recueillies.

L'étape suivante est plus floue :

On raffine ces expressions selon un procédé qui constitue notre secret industriel. À partir de ces résultats, on calcule leur poids numérique - parle-t-on beaucoup de lui ? - et leur sentimentalité - en bien ou en mal ?Jérôme Coutard, PDG de Filteris

Troisième et dernière étape, les algorithmes de Filteris traduisent ces résultats en un score sur 100. C'est ce score, selon Jérôme Coutard, qui permet de recouper les résultats électoraux "si l'élection avait lieu le jour même". À l'heure où le travail des instituts de sondage est largement décrié, cette méthode alternative a de quoi éveiller la curiosité...

Une méthode encore très perfectible

Pourtant, de l'aveu même de Jérôme Coutard, ses calculs sont loin d'être "infaillibles". Lors du premier tour de l'élection présidentielle de 2012, Filteris sous-évalue Marine Le Pen de 4 points. Plus récemment, pour la primaire de la droite à la fin de l'année dernière, leur pronostic zappe Alain Juppé et prédit un second tour Fillon-Sarkozy. Il sera finalement très éloigné de la réalité :

À gauche, l'analyse de Filteris publiée le 19 novembre 2016, à droite, les résultats définitifs de la primaire de la droite et du centre.


Pour Emmanuel Rivière, la "méthode Filteris" n'est pas près de prendre la place des instituts de sondages :

S'il est très intéressant de regarder intelligemment ce qui se passe sur les réseaux sociaux, tout en se méfiant des mobilisations militantes et des robots, nos investigations ne nous permettent pas de croire aujourd'hui qu'il y aurait un outil au point. Emmanuel Rivière, directeur de Kantar Public France

Adélaïde Zulfikarpasic, la directrice de BVA Opinion, a mis en place une cellule dédiée à l'écoute du web depuis deux ans. "Le big data est encore un champ de recherche et d'observation, reconnaît-elle. À terme, cela nous permettrait notamment de redresser nos échantillons...". Mais pas question d'abandonner les sondages, "bien qu'imparfaits".

De fait, depuis début février, le baromètre Filteris a toujours qualifié François Fillon pour le second tour :

François Fillon face à Marine Le Pen, Emmanuel Macron éliminé ? "Rien dans nos études ne permet de dire ça, objecte Emmanuel Rivière. Le travail de Filteris est le reflet d’une forme de mobilisation des fillonistes, mais pas le reflet du rapport de force électoral." Jean-Daniel Lévy, directeur Politique & Opinion de Harris Interactive, a le même sentiment : "Ça n’a aucun sens par rapport à tout ce qu’on observe. La tendance, aujourd’hui, c’est Macron en tête, juste devant Marine Le Pen, et Fillon cinq points derrière."

Dans d'autres domaines aussi, les prédictions de Filteris demeurent hasardeuses. Par exemple, cette étude réalisée par Ciriuz, le groupe qui englobe l'entreprise et les autres activités du couple Coutard-Dornic, sur la Palme d'or 2014 du festival de Cannes. Le film Map to the stars sort du chapeau de le société. Las, le vainqueur sera un autre film, Winter Sleep...

Un dirigeant-actionnaire de Filteris ami du frère de François Fillon

Au-delà de la méthode, il est intéressant de se pencher sur l'organigramme de Filteris, en particulier sur Daniel Quéro, le vice-président, chargé de la coordination des affaires en Europe. Interrogé sur ses fonctions, il explique avoir rencontré Jérôme Coutard il y a une quinzaine d'années et lui a proposé ses services de "porteur d'affaires" auprès de grandes sociétés françaises, en échange d'une partie du capital de l'entreprise.

Actuel président de l'association 40 millions d'automobilistes, Daniel Quéro a surtout été longtemps administrateur de l'Automobile Club de l'Ouest (ACO), l'organisateur des 24 Heures du Mans, aux côtés de Pierre Fillon, le frère de François Fillon. Les deux hommes se fréquentent depuis vingt ans au sein de l'ACO, ce cercle de pouvoir sarthois très prisé et prospère, qui a réalisé 2,7 millions d'euros de bénéfices en 2015.

Interrogé par LCP.fr sur cette proximité gênante, Daniel Quéro assume son "amitié" pour Pierre Fillon et assure que cette situation n'est pas de nature à remettre en cause la crédibilité des travaux de Filteris :

Comme on appartient au même club, vous voulez me faire dire qu’il y aurait une déviation des résultats ? Mais non, ça n’a rien à voir...Daniel Quéro

Pourtant, après notre interview téléphonique avec Jérôme Coutard le 6 mars, le nom de Daniel Quéro a mystérieusement disparu de l'organigramme de Filteris publié sur son site internet.

Regardez : à gauche, l'organigramme de Filteris avant le 8 mars ; à droite, depuis le 8 mars :


Comment expliquer cette soudaine disparition ? "J'ai pris un peu de recul par rapport à tout ça...", explique Daniel Quéro, manifestement gêné par notre question. Il évoque "un souhait des dirigeants, car on pourrait se poser la question, comme vous [de sa proximité avec le frère de François Fillon, ndlr]... Mais il n’y a pas de lien de cause à effet !", jure-t-il.

Le 8 mars, c'est également la date à laquelle Filteris a brusquement cessé de publier ses analyses alors même que Jérôme Coutard nous assurait quelques jours plut tôt que les publications allaient continuer à "un rythme quotidien, voire deux fois par jour"...

Que s'est-il passé ? Véronique Queffélec, une lobbyiste basée à Paris, partenaire de Filteris "à titre bénévole" via son cabinet de relations publiques Euromédiations, assure à LCP.fr être à l'origine du "nettoyage" de l'organigramme :

Il fallait lever le doute ! Si quelqu’un est proche d’un candidat, soit il dégage, soit c’est moi qui part, c’est clair !
Véronique Queffélec, lobbyiste, partenaire de Filteris

Véronique Queffélec prétend que Daniel Quéro, "un gentil vieux monsieur", n'est "en aucun cas intervenu dans les résultats" de Filteris. Mais alors, pourquoi ne pas avoir modifié l'organigramme de la société dès l'année dernière, lorsque l'entreprise proposait ses études sur la primaire de la droite et prédisait la victoire de François Fillon ? "Je n'avais pas percuté sur le moment...", reconnaît Véronique Queffélec.

"Chez Filteris, on ne fait pas de politique"

Pour justifier l'arrêt provisoire, cette semaine, des publications de Filteris sur la présidentielle, elle invoque un curieux argument :

C’est moi qui ai demandé un break à mes partenaires. Nous avons arrêté de publier car le trio de tête Le Pen-Fillon-Macron était autour de 22 %... J’ai dit stop, on arrête d’interférer dans le débat politique.Véronique Queffélec

Sollicité par email jeudi, Jérôme Coutard n'a pas répondu à nos questions sur la proximité de son actionnaire avec Pierre Fillon et sur la soudaine modification de l'organigramme de Filteris.

"Chez Filteris, on ne fait pas de politique", nous assurait-il en début de semaine, ajoutant que ses prédictions électorales sont réalisées "gratuitement", sans commanditaire. Pour lui, la présidentielle est une "occasion de perfectionner [ses] modèles d'analyse" et de faire connaître un peu plus son entreprise.

C'est désormais chose faite.

Mise à jour le 13 mars 2017, à 10h30 : Après avoir stoppé brusquement la publication de ses résultats le 8 mars, Jérôme Coutard a finalement publié une nouvelle vague de pronostics le 13 mars. On y voit que François Fillon repasse nettement en tête au premier tour à 24,27%, devant Marine Le Pen (23,54%) et Emmanuel Macron, éliminé à 21,41%. Le fondateur de Filteris a aussi dévoilé une courbe reprenant les scores des candidats sur le long terme. François Fillon aurait ainsi creusé l'écart en seulement quelques jours avec ses adversaires, culminant jusque 25,84% le 9 mars.