twitter facebook chevron-right
Education nationale

11 mai : Jean-Michel Blanquer précise les contours d'une rentrée des classes "progressive"

Le retour à l'école devrait être étalé dans le temps, par niveau, a annoncé le ministre de l'Éducation nationale aux députés de la commission des affaires culturelles et de l'éducation de l'Assemblée nationale. Les élèves auront cours dans des classes à effectifs réduits.
4 min
LCPLCP

Pas question de "reprendre les choses normalement". Mardi, devant les députés de la commission des affaires culturelles, le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer a précisé son plan pour la rentrée scolaire de mai. Elle sera "progressive" et réalisée dans des classes à effectifs réduits.

15 élèves par classe

Jean-Michel Blanquer l'a affirmé : la rentrée scolaire ne se fera pas précisément le lundi 11 mai. Elle aura lieu "la semaine du 11 mai" afin de permettre aux enseignants de faire leur prérentrée.

Pour limiter les risques de contagion, le ministre décidera d'un plafond maximum de personnes présentes en classe, qui pourrait être de 15 élèves. Cette annonce reste à ce stade une "hypothèse privilégiée" et doit encore être confirmée par le Premier ministre, à la fin du mois.

Les CP et les CM2 en premier

Lors de la première semaine du déconfinement, la reprise des cours ne concernerait que les classes de grande section, de CP et de CM2.

Mais d'autres niveaux pourront également être concernés, dès lors que leurs classes sont composées de 15 élèves ou moins, comme c'est le cas en CP et CE1 en réseaux d'éducation prioritaire ou dans certaines classes en milieu rural.

Le ministre de l'Education nationale a promis des "marges de souplesse importantes localement".

La semaine du 18 mai, ce seraient les classes de 6e, de 3e, de 1ère et de Terminale qui feraient leur rentrée, ainsi que les "ateliers industriels" dans les lycées professionnels.

Les autres classes feraient leur rentrée la semaine suivante, c'est-à-dire la semaine du 25 mai. Dans tous les cas, le plafond de 15 élèves maximum par classe sera maintenu.

Écoliers, collégiens et lycéens devront-ils également rattraper le retard accumulé ces dernières semaines ? "Le but ne sera pas de boucler les programmes à tout prix", a tranché le ministre, qui appelle "faire le point sur là où en est chaque élève".

"Doctrine masque"

Les élèves qui auront effectué leur rentrée scolaire pourront soit être présents en classe, soit être en enseignement à distance, soit à l'étude "si la configuration de l'établissement le permet", soit "en activité sportive".

Jean-Michel Blanquer a également évoqué la mise en oeuvre d'un "protocole sanitaire" et précisé que les établissements n'ouvriront pas tant que les conditions de sécurité sanitaire ne seront pas réunies. "Il y aura une doctrine 'masque' et sur comment on [réalise des tests] qui sera articulée à ce que les autorités de santé auront dit pour l'ensemble de la société", a indiqué le ministre de l'Education nationale.

Face à certaines critiques jugeant ce retour à l'école prématuré et un plan "flou" proposé par le ministre, celui-ci a répliqué que "chaque mois d'école perdu [était] un énorme problème social".