twitter facebook chevron-right
fiscalité

INFO LCP - "Méprisés" par le groupe Bigard, les députés se rebiffent

Richard Ramos (MoDem) et François Ruffin (LFI) cosignent jeudi une lettre avec une trentaine de collègues pour sommer le groupe Bigard de dévoiler ses comptes. Les députés font ainsi valoir leur droit de suite après s'être heurtés au mutisme de Maxence Bigard lors de son audition le mois dernier.
2 min
François Ruffin et Richard Ramos tentent d'interroger Maxence Bigard (centre) sur les pratiques managériales et financières du géant de la viande.François Ruffin et Richard Ramos tentent d'interroger Maxence Bigard (centre) sur les pratiques managériales et financières du géant de la viande.


La guerre est déclarée entre les députés et le géant français de la viande. Dans une lettre envoyée jeudi matin à Maxence Bigard, trente-quatre députés de tous bords (MoDem, LFI, LREM, Communistes, PS et Constructifs) exigent que l'entreprise publie ses comptes. courrier-deputes-bigard.pdfVoir

Le fils du fondateur Jean-Paul Bigard avait en effet refusé catégoriquement de répondre à la question de Richard Ramos (MoDem) sur le sujet, ainsi qu'à la plupart des autres interrogations des parlementaires lors de son audition, le 14 septembre dernier. Une audition lunaire dont LCP vous avait proposée de larges extraits :


Suite à ce rendez-vous manqué, les députés ont décidé de passer à la vitesse supérieure avec l'envoi de cette lettre :

Au-delà des différents courants de pensée politique de notre assemblée, votre refus de répondre à cette question a heurté nombre d'entre nous. Ainsi, nous vous demandons de bien vouloir vous conformer à vos obligations légales et cesser de mépriser les député(e)s, représentant(e)s de la Nation. Sans réponse de votre part sur ce point, nous serons dans l'obligation d'activer des démarches de contraintes, dans le cadre qui est le nôtre.Groupe de trente-quatre députés cosignataires de la lettre

Une copie de ce courrier est également adressée au ministre de l'Agriculture Stéphane Travert et à Philippe Chalmin, le président de l'observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires.

Une opacité à 4 milliards d'euros

Sans publication officielle de ses comptes, il est quasi-impossible de connaître les marges du groupe Bigard, qui génère un chiffre d'affaires de 4 milliards d'euros par an, comme l'indique son site Internet. D'autres poids lourds de l'agroalimentaire, comme Lactalis, ignorent aussi la loi alors qu'ils bénéficient d'une force de négociation énorme sur les éleveurs de bovins.

Lors de son audition, Maxence Bigard a ainsi rappelé que le groupe éponyme achetait pas moins de "25 000 bovins par semaine".

Mais les députés ont désormais une nouvelle arme à leur disposition : la loi Sapin II, adoptée fin 2016, qui prévoit une pénalité financière pouvant aller jusqu'à 2 % du chiffre d'affaires moyen journalier réalisé en France par jour de retard, pour toute entreprise de transformation agricole refusant de publier ses comptes.

Les tribunaux de commerce de Rennes et de Laval ont déjà été saisis en mars par l'Observatoire des prix et des marges des produits alimentaires pour forcer Lactalis à jouer le jeu de la transparence. Peut-être que l'initiative des députés permettra à Bigard de se montrer un peu plus bavard sur ses confortables bénéfices...