twitter facebook chevron-right

Hidalgo: "mon rôle n'est d'être ni l'opposante ni le soutien" de Macron

Anne Hidalgo, que les communistes poussent à "clarifier" ses relations avec Emmanuel Macron, a affirmé mardi à l'AFP que son rôle n'était pas d'être "ni l'opposante ni le soutien" du chef de l'Etat mais d'être "maire de Paris".

La maire de Paris Anne Hidalgo et le président de la République Emmanuel Macron, le 11 juillet 2017 à LausanneLa maire de Paris Anne Hidalgo et le président de la République Emmanuel Macron, le 11 juillet 2017 à Lausanne

Anne Hidalgo, que les communistes poussent à "clarifier" ses relations avec Emmanuel Macron, a affirmé mardi à l'AFP que son rôle n'était pas d'être "ni l'opposante ni le soutien" du chef de l'Etat mais d'être "maire de Paris".

"Moi mon rôle, c'est d'être maire de Paris, ce n'est pas d'être ni l'opposante ni le soutien de M. Macron", a déclaré Mme Hidalgo.

"Faire en sorte que cette majorité, cette coalition qui est née en 2014 sur la base d'un projet, soit toujours liée par ce projet, pour moi, c'est ça qui fonde une majorité", a poursuivi l'élue.

La maire de Paris rappelle au demeurant qu'elle n'est pas macroniste. "Je l'ai dit suffisamment souvent, je n'adhèrerai pas à En Marche !, je suis une sociale-démocrate assumée et écologiste. Ce qui se fait aujourd'hui dans la politique nationale manque d'équilibre et de social, mais aussi un peu d'écologie, c'est pour cela que je soutiens beaucoup (le ministre de la transition écologique) Nicolas Hulot dans son entreprise", a-t-elle dit.

Trois adjoints de la maire de Paris ont déclaré leur soutien à Emmanuel Macron avant le premier tour de la présidentielle -Julien Bargeton (ex-PS), Mao Peninou (ex-PS) et Jean-Louis Missika (SE).

A la suite de l'élection de M. Bargeton comme sénateur sous l'étiquette LREM - grâce au soutien de conseillers de Paris PS - Mme Hidalgo va remanier son exécutif vendredi.

La fédération de Paris du PCF l'a appelée à cette occasion lundi à une "clarification".

"La majorité municipale, la maire de Paris Anne Hidalgo en tête, doit réaffirmer notre engagement pris en commun en 2014 de +faire de Paris une ville moins chère, une ville où l'on vit mieux, une ville pour toutes et tous+. Tout membre de la majorité municipale qui s'opposerait à ce cap politique n'aurait pas sa place dans l'exécutif municipal", a-t-elle estimé.

Pour Nicolas Bonnet, président du groupe PCF au Conseil de Paris, il serait inconcevable qu'un adjoint de Mme Hidalgo appartienne en même temps à un groupe LREM au Conseil de Paris.

La création d'un tel groupe est évoquée depuis plusieurs semaines. Selon des conseillers de Paris interrogés par l'AFP, M. Bargeton devrait le créer prochainement avec les députés LREM Anne-Christine Lang (ex-PS) et Buon Tan, ainsi que les conseillers de Paris PRG Jean-Bernard Bros et Laurence Goldgrab.

MM. Peninou et Missika auraient en revanche décliné l'offre pour ne pas être en porte-à-faux vis-à-vis de Mme Hidalgo.

"L'idée globalement, c'est d'être dans la majorité municipale et dans la majorité nationale", a expliqué un futur participant.