twitter facebook chevron-right

Affaire Benalla : le dircab de l'Elysée "assume" ses décisions et dénonce "les très nombreuses rumeurs"

Affaire Benalla : le dircab de l'Elysée "assume" ses décisions et dénonce "les très nombreuses rumeurs"

Auditionné mardi par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale, Patrick Strzoda a justifié les décisions qu'il a prises, à l'Élysée, dans le cadre de l'"affaire Benalla". Il assure n'avoir pas eu suffisamment "d'éléments" pour saisir la justice et juge proportionnée la suspension de quinze jours infligée à l'ancien collaborateur de l'Elysée.

2 mois 2 semaines

Le préfet Strzoda "assume" tout : l'embauche d'Alexandre Benalla, sa suspension de 15 jours consécutives aux actes violents commis lors de la manifestation du 1er mai à Paris. Il "assume" aussi le fait de ne pas avoir saisi la justice, via l'article 40 du code de procédure pénale, pour ce comportement. "J'ai considéré qu'à mon niveau, je n'avais pas assez d'éléments pour justifier un recours à l'article 40", explique le directeur de cabinet de l'Élysée devant les députés de la commission d'enquête.

Durant son audition qui aura duré plus de deux heures, Patrick Strzoda explique avoir été informé le 2 mai à 9h15 de l'existence de la vidéo mettant en cause Benalla. Sa source ? Un chargé de mission de l'Élysée chargé de scruter les réseaux sociaux. Une version qui tend à confirmer celle de Gérard Collomb, lundi. Patrick Strzoda assure avoir alors immédiatement "porté ces informations à la connaissance du secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler", qui en a ensuite avisé Emmanuel Macron, en déplacement en Australie.

Le directeur de cabinet dit ensuite avoir pris "seul" la décision "de suspension et de rétrogradation" de Benalla, avec une lettre d'avertissement valant notification de licenciement en cas de nouveau comportement fautif". Elle prendra effet le 4 mai. "Ni Alexis Kohler, ni Emmanuel Macron ne vous ont demandé de procéder à la saisine de l'autorité judiciaire ?", l'interroge le co-rapporteur de la commission d'enquête, Guillaume Larrivé (LR). "J'ai été recruté pour m'occuper de la gestion interne des services du palais de l'Elysée", répond Strzoda, le ton martial. "J'ai été recruté pour ça, c'est mon boulot, et si j'avais commis une erreur, on me l'aurait dit !"

L'intégralité de l'audition de Patrick Strzoda :

Benalla, un homme "extrêmement efficace"

Même s'il juge "inacceptable" les actes violents de Benalla, Patrick Strzoda ne tarit pas d'éloge à son égard. Il parle d'un homme "extrêmement disponible, extrêmement réactif, extrêmement efficace !"

La voiture "de service" et le logement, quai Branly à Paris, de Benalla ? Il ne voit pas le problème. "Les missions qui lui étaient confiées justifiaient ces moyens de fonctionnement", assure le directeur de cabinet de l'Élysée.

Le préfet dit avoir donné son "feu vert" à Benalla pour sa participation, en tant qu'observateur, à la manifestation du 1er mai, car l'intéressé lui avait indiqué avoir été invité par le chef d'état-major de la direction de l'ordre public et de la circulation, Laurent Simonin. "Je ne me suis pas opposé à ce qu'il participe en qualité d'observateur à cette journée", ajoute le préfet, qui prend toutefois soin de lui dire "qu'il était hors de question de participer activement à des opérations sur le terrain"...

"Démentir de très nombreuses rumeurs..."

Face aux députés, le préfet tient également à tordre le coup aux "très nombreuses rumeurs". "J'ai entendu dire que M. Benalla avait une rémunération de 10.000 euros mensuels, c'est faux! Il avait le traitement d'un chargé de mission à la présidence de la République." Patrick Strzoda refuse toutefois de dévoiler le montant de ce salaire "car là, on touche au coeur de l'organisation...", dit-il. Tollé dans la commission des lois. Pour davantage de renseignement, il renvoie à "la Cour des comptes"...
Le préfet poursuit sa chasse aux "rumeurs" : "J'ai entendu dire qu'il (Benalla) devait s'installer dans un duplex de 300m², c'est faux! Ça n'a jamais été envisagé. J'ai entendu dire, aussi, qu'il serait nommé sous-préfet : je démens formellement qu'il y a eu une demande de sa part ou une intervention pour le faire ! J'ai entendu dire qu'il serait amené à prendre la direction d'un service qui devrait regrouper les services de sécurité de l'Élysée pour les faire mieux fonctionner. Là aussi, je démens formellement !".

(Photo : Thomas SAMSON / AFP)

Vous trouverez ci-dessous les principaux extraits de l'audition du directeur de cabinet de l'Élysée :


24/07/2018
17:04

Affaire Benalla : "J’ai porté ces informations au secrétaire général de l’Élysée"



24/07/2018
17:05

"M. Benalla a été démis de ses fonctions du 4 au 22 mai"



24/07/2018
17:06

"J'ai immédiatement informé (Benalla) que son comportement fautif était inacceptable et ferait donc l’objet d’une sanction"



24/07/2018
17:17

"La sécurité du chef de l'État ne peut-être assurée que sous l'autorité et le contrôle des policiers et des gendarmes"



24/07/2018
17:24

Benalla pour la première fois, le 1er mai, sur une manifestation en tant qu'observateur ? "C’est la 1ère fois qu’il m’en a demandé l’accord..."



24/07/2018
17:25

Le co-rapporteur LR de la commission d'enquête juge "nécessaire" d'auditionner le secrétaire général de l'Elysée mais aussi le porte-parole de l'Elysée Bruno Roger-Petit"



24/07/2018
17:28

Patrick Strzoda assume le recrutement de Benalla



24/07/2018
17:29

"J'ai rappelé (à Benalla) qu'il était hors de question qu'il participe à des opérations sur le terrain..."



24/07/2018
17:31

Patrick Strzoda détaille les fonctions d'Alexandre Benalla



24/07/2018
17:32

Benalla devait "veiller à la coordination de tous les services qui concourent aux déplacements du chef de l'Etat"




24/07/2018
17:34

Strozda refuse de dévoiler le salaire de Benalla car "on touche au coeur de l'organisation..."



24/07/2018
17:36

​"10 000 euros par mois", "un futur logement de fonction de 200 m2 quai Branly", "une nomination à un poste de sous-préfet" : le dircab dément tout



24/07/2018
17:36

​"10 000 euros par mois", "un futur logement de fonction de 200 m2 quai Branly", "une nomination à un poste de sous-préfet" : le dircab dément tout



24/07/2018
17:42

Patrick Strzoda évoque la "rétrogradation" de Benalla, Guillaume Larrivé (LR) ne cache pas son scepticisme




24/07/2018
17:46

C'est un fonctionnaire de la préfecture de police de Paris qui aurait invité Benalla sur la manifestation du 1er mai



24/07/2018
17:48

Patrick Strzoda "assume" sa décision de suspendre Benalla durant 15 jours



24/07/2018
18:14

Comment Patrick Strozda justifie le fait de ne pas avoir saisi la justice pour les violences de Benalla



24/07/2018
18:23

​Patrick Strzoda assure que Benalla "n'était pas à l'Elysée du 3 mai au 22 mai", durant sa période de suspension



24/07/2018
18:25

​Voiture équipée et logement : Patrick Strzoda justifie les avantages de Benalla




24/07/2018
18:26

Ciotti "regrette" le "mandat de non-transparence" confié par Emmanuel Macron à Patrick Strzoda



24/07/2018
18:29

Patrick Strzoda assume la sanction imposée à Benalla, "une mesure de gestion interne", selon lui



24/07/2018
18:30

Patrick Strzoda fait l'éloge d'Alexandre Benalla



24/07/2018
18:31

"On ne m'a jamais signalé des écarts de comportement jusqu'au 1er-Mai" contre Benalla, assure Strzoda




24/07/2018
18:32

Sanctions contre Alexandre Benalla : "Je n'en ai pas parlé avec le chef de l'Etat et on ne m'a pas fait d'observations sur la décision que j'ai prise...", dit Patrick Strzoda.​