twitter facebook chevron-right

Vautrin (LR) : "Lui président va réussir un pari : recaser ses amis de la France d'en haut !"

La députée Catherine Vautrin a dressé, mardi, un bilan au vitriol de l'action de François Hollande repeint en professionnel du "recasage". De quoi piquer au vif Bernard Cazeneuve, qui a défendu bec et ongles le chef de l'État et démonté la politique menée précédemment par François Fillon...


L'intervention a eu le mérite de pimenter un peu les premières questions d'actualité au gouvernement de l'année. Mardi, la députée LR Catherine Vautrin s'est employée à critiquer les engagements de François Hollande pris en 2012. Pour l'élue de la Marne, c'est bien simple, "moi président" n'en aurait tenu aucun :

Comment oublier l'anaphore du candidat Hollande qui énumérait doctement ce qu'il renierait quelques semaines plus tard ?Catherine Vautrin (LR)

Surtout, la députée est revenue sur une pratique courante en fin de mandat présidentiel : le recasage, par le chef de l'État, de ses proches, conseillers ou élus sortants.

Lui président va réussir un pari : recaser ses amis de la France d'en haut : socialistes, anciens ministres, élus, membres de cabinet... et on les retrouve dans les ambassades, la Caisse des dépôts, la Cour des comptes, les directeurs d'hôpitaux, l'INRA, RATP, RTE, l'université...Catherine Vautrin (LR)

Une liste si longue qu'elle n'a pas eu le temps de la terminer avant la fin de son temps de parole réglementaire de deux minutes.

"Ce n'est pas du tout la question, mais c'est pas grave..."

Face à cette attaque en règle, le Premier ministre est un temps resté coi : "Je dois reconnaître, que pour la première que je suis ministre, j'ai du mal à trouver la réponse à votre question devant tant de sujets polémiques". Mais Bernard Cazeneuve n'est pas homme à rester sans voix très longtemps. L'avocat de profession a ainsi développé, pendant près de quatre minutes, un bilan flatteur du quinquennat de François Hollande.

Une manière habile de botter en touche ? La principale intéressée ne s'en offusque pas : "Ce n'est pas du tout la question, mais c'est pas grave", lit-on sur les lèvres de Catherine Vautrin (à 4'17).

Lire aussi sur le sujet : "Recasage" d'un conseiller ministériel : "Seule la compétence compte", justifie Marisol Touraine