twitter facebook chevron-right

Centre de sans-abris : Valls "choqué" par "l'égoïsme" de certains habitants du 16e arrondissement de Paris

Le député Christophe Caresche (PS) a profité des Questions au gouvernement, mardi, pour interroger le Premier ministre sur l'ouverture programmée du premier centre pour sans-abris dans le quartier.

Dans le très chic 16e arrondissement, lundi soir, une réunion d'information s'est tenue pour présenter le projet de centre d'hébergement d'urgence, en bordure du bois de Boulogne. Face à la vive hostilité des riverains, la réunion d’information a été écourtée.

Mardi, le député parisien Christophe Caresche a fait part de son indignation face à ce qu'il qualifie d' "égoïsme borné". Il demande au Premier ministre de "tenir bon" :

Une réunion d'information a suscité des réactions qui ont choqué par leur violence mais aussi par ce qu’elles révèlent d’égoïsme borné (...) Insultes, vociférations, etc… Certains y verront la confirmation que la vulgarité se joue des barrières de classe et en tout cas, elle ne s’arrête pas aux portes des frontières du 16e. (...) Monsieur le Premier ministre, nous vous demandons de tenir bon sur la création de ce centre d'hébergement dans le 16e parce que reculer serait donner raison aux égoïsmes les plus médiocres ! Christophe Caresche, député PS

Aucun centre aujourd'hui dans le 16e

Applaudi par une bonne partie de l'hémicycle, le député a laissé la parole au Premier ministre. Manuel Valls s'est dit, lui aussi, "choqué" par les comportements de certains riverains, d'autant plus, a-t-il rappelé, qu'il n'existe aucun centre d'accueil de sans-abris dans cet arrondissement.

En outre, ce centre ne pourra accueillir que 200 sans-abris, alors que le reste de Paris héberge plus de 30.000 personnes, a souligné le Premier ministre, visiblement agacé par les réactions de certains parlementaires.

Je suis profondément choqué des conditions dans lesquelles les choses se sont passées. Le gouvernement soutient pleinement ce projet. Ce projet est nécessaire et exemplaire. Ce centre accueillera 200 personnes. A Paris plus de 30.000 personnes sont mises à l'abri chaque jour. Aucun centre n'existe dans le 16e arrondissement. Son ouverture en juin est un élément indispensable pour partager l'effort. (...) Faire vivre la solidarité c'est garantir que tout le monde, mais aussi tous les territoires, prennent leur part à l'effort (...) Nous sommes conscients qu'il y a des égoïsmes, de la démagogie mais il n'est pas possible, il n'est pas juste que certains cherchent à se dérober à l’effort ! Manuel Valls, Premier ministre

Insultes et propos sexistes

Porté par la mairie de Paris, le projet prévoit l'installation de six bâtiments modulaires. Dès cet été et pour trois ans, il devrait permettre de loger jusqu'à 200 personnes, principalement des individus "isolés" ou des "familles qui rencontrent des difficultés sociales importantes".

Ce projet est soutenu par nombre d'associations, mais dénoncé par le maire du 16e, Claude Goasguen (Les Républicains) qui explique son opposition à FranceTVinfo.

Les gens du 16e sont réputés rester le cul dans leur fauteuil, à regarder la télé et manger du caviar, mais ils défendent leurs intérêts comme les autres. Claude Goasguen, maire du 16e arrondissement

A ce jour, plus de 40.000 riverains ont déjà signé une pétition pour s'opposer à leur arrivée. Lundi soir, lors de la réunion d'information, le climat était explosif. Les insultes et autres propos sexistes ont fusé.