twitter facebook chevron-right

Un sénateur LREM souhaite la "réintégration des signes extérieurs de richesse dans l'assiette de l'ISF"

Tout juste élu, dimanche, le sénateur Julien Bargeton a plaidé, vendredi dans Parlement hebdo, pour un élargissement de l'assiette de l'impôt sur la fortune immobilière (IFI) - qui doit remplacer l'ISF - avec l'imposition notamment des produits de luxe.


Toucher à l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) reste toujours aussi sensible. Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances, a annoncé, mercredi en commission des finances, que le nouvel impôt sur la fortune immobilière (IFI) ne rapporterait plus que 850 millions d'euros au lieu des 4,1 milliards d'euros de l'ISF et toucherait 150 000 contribuables au lieu de 330 000 précédemment. Soit une perte nette pour l'Etat de 3,25 milliards d'euros.

Une décision que condamne les socialistes et la gauche de la gauche dénonçant un budget pour les "très riches".

"Il faut réfléchir à la réintégration des signes extérieurs de richesse dans l'assiette de l'ISF"Julien Bargeton, sénateur LREM de Paris

Face à cette situation, Julien Bargeton, un sénateur pourtant élu sous les couleurs de La République en marche, réclame l'intégration des "signes extérieurs de richesse" dans le calcul du nouvel impôt sur la fortune d'Emmanuel Macron. "A titre personnel je pense qu'en effet un signal de la réintégration irait dans le bon sens", conclut Julien Bargeton.