twitter facebook chevron-right

SMS de Pierre Gattaz : la présidente de la CFE-CGC dénonce une "menace" et un manque de respect

Carole Couvert, invitée lundi dans Politique Matin, dénonce la pression exercée à son encontre par le président du Medef. Cela démontre, selon elle, que l'extension des accords d’entreprises par la loi El Khomri risque de faciliter le "chantage à l'emploi".

Vendredi, le journal Les Echos a révélé deux SMS de menaces adressés par Pierre Gattaz, le président du Medef, à Carole Couvert, la présidente de la CFE-CGC, le syndicat de l'encadrement et des cadres.

Dans ces messages, le "patron des patron" accuse la CFE-CGC d'avoir une "attitude nuisible et incompréhensible" et l'enjoint de "pas nous planter la loi MEK (Myriam El Khomri de réforme du droit du travail, ndlr)". Avant d'affirmer :

Ce que je veux dire c’est que nous [ne] vous soutiendrons plus dans votre combat pour les cadres si vous plantez la loi MEK. 
SMS de Pierre Gattaz à Carole Couvert

Une information confirmée lundi dans Politique Matin sur LCP par Carole Couvert, qui a dénoncé une "pression", qui montre selon elle que le Medef n'a pas "la même conception du dialogue social". La président de la CFE-CGC a assuré que ces messages dénotaient "clairement" un manque de respect.

Elle a réaffirmé son opposition à l'extension par la loi El Khomri des accords d'entreprises : "Il faut que la négociation soit loyale, qu'il n'y ait pas de pressions sur les délégués syndicaux, pas de chantage à l'emploi or Pierre Gattaz démontre le contraire au travers de ces SMS." La présidente de la CFE-CGC estime que les accords de branches sont plus protecteurs : "(Ils garantissent) une équité de traitement entre salariés d'un même secteur mais aussi entre des entreprises de toutes tailles, et donc cela correspond aux demandes des TPE et des PME."

Carole Couvert a également répliqué au commentaire du président du Medef, qui a déclaré à l'AFP qu'"on ne dévoile pas une conversation privée entre gens de bonne compagnie" :

Entre gens de bonne compagnie, la menace n'a pas lieuCarole Couvert

A lire aussi :

Loi El Khomri : que prévoit le droit du travail aujourd'hui ?