twitter facebook chevron-right

Sapin répond au gouvernement et à la Cour des comptes : "Les chiffres étaient exacts et n'ont jamais été cachés !"

Auditionné par la commission des finances mercredi, Michel Sapin a défendu son bilan à la tête du ministère des Finances. A-t-il présenté un budget 2017 comportant des "éléments d'insincérité" comme l'a écrit la Cour des comptes fin juin ? L'ancien ministre dément catégoriquement et assure avoir laissé "une maison en ordre" à la nouvelle majorité.


La parole est à la défense. Michel Sapin s'est expliqué mercredi matin sur "les risques de dérapage" de 8 milliards d'euros pointés par la Cour des comptes sur le budget qu'il avait planifié à Bercy à l'automne 2016. L'homme était alors encore ministre de l'Économie et des Finances et affirmait à l'époque que le déficit public du pays s'établirait à 2,7% du PIB.

Devant les députés, Michel Sapin a expliqué que "rien n'a été caché" et que "tous les chiffres étaient disponibles". Pour lui, il est faux de dire que le budget 2017 comportait "8 milliards d'impayés", ou qu'il s'agissait d'"un chèque en bois". Il a cependant reconnu que l'exécution budgétaire était au moins aussi périlleuse que son élaboration, et que invariablement, chaque année, de nouveaux arbitrages étaient pris en cours d'année.

Il assure ainsi avoir gelé "1,4 milliard d'euros" supplémentaires en mai pour prévenir le dérapage des dépenses (notamment pour abonder le secteur social et agricole).

Michel Sapin a aussi affirmé qu'il laissait une "maison en bon ordre", soulignant notamment que le déficit n'avait cessé de décroître pendant le quinquennat précédent - mais pas la dette ni le niveau de dépenses publiques.

Vous n'avez "pas fait très bien", parce que vous aviez "l'habitude de faire très mal"

Le ministre a cependant dû répondre aux critiques croisées de Charles de Courson (UDI) et de Jean-Louis Bourlanges (REM) (voir vidéo).

"Comme disait l'autre, c'est difficile de convaincre ceux qui ont décidé de ne pas l'être, a répondu Michel Sapin. Le budget était au plus proche des informations qui nous ont été données par les administrations."

La pique de Sapin sur Gérald Darmanin

Michel Sapin s'est aussi moqué de Gérald Darmanin, l'un de ses successeurs à Bercy, qui prétendait que réaliser "4,5 milliards d'économies en un an n'a jamais été fait auparavant". "Je vous renvoie au rapport de la Cour des comptes, a rétorqué Michel Sapin : en 2015, 4 milliards d'économies, en 2016, 5,8 milliards !". Pour lui, le "tout jeune ministre" ne fait donc "ni plus, ni moins" que le précédent gouvernement.