twitter facebook chevron-right

Recherche : la commission des Finances refuse les coupes du gouvernement

La commission des finances demande au gouvernement de revenir sur les 256 millions d’euros rognés dans le budget de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.


L'avis n'est que consultatif, mais c'est bien un camouflet que les députés ont infligé au gouvernement, mardi en début d'après-midi. La commission des Finances s'est prononcée contre les 256 millions d'euros d'annulations de crédits décidés par le gouvernement dans le budget de l'enseignement supérieur.

Dans un décret d'avance, présenté la semaine dernière à l'Assemblée nationale, le gouvernement avait décidé de débloquer 1,12 milliard d'euros de crédits pour financer de nouvelles dépenses (plan emploi, fond de soutien aux agriculteurs et allocations aux migrants). Pour les compenser, il a annulé autant de crédits dans des secteurs jugés moins prioritaires. Dont 256 millions d'euros destinés à l'Enseignement supérieur et la Recherche, ce qui a suscité une bronca des universitaires et des chercheurs. C'est cette coupe que la rapporteure générale de la commission des finances, Valérie Rabault, a proposé d'annuler. Elle a été suivie par les députés de sa commission, de gauche comme de droite, à l'unanimité moins 4 voix.

« Il y a eu une très large majorité pour dire que l'on ne devrait pas grever ainsi le budget de ces organismes comme le CNRS, qui préparent l'avenir », s'est réjouie Aurélie Filippetti, ancienne ministre de la Culture et membre de la commission des finances. « Ce sont toutes les voix de droite et de gauche qui se sont unies pour dire : "Attention, pas la Recherche ! Trouvons d'autres solutions." Et beaucoup de solutions ont été proposées en commission des finances. On est à la disposition du gouvernement », renchérit sa collègue PS Karine Berger.


Jean-Baptiste Daoulas