twitter facebook chevron-right

PS : le scrutin fatal ?


Avec 6,3% des voix au 1er tour de l'élection présidentielle, Benoît Hamon réalise le pire score du parti socialiste depuis 1969. Cette défaite cuisante va-t-elle signer la mort de la rue de Solférino ?

Proches de Manuel Valls et soutiens de Benoît Hamon se rejettent la responsabilité de l'échec, tentés respectivement par une majorité présidentielle autour d'Emmanuel Macron ou par un bout de chemin aux côtés des écologistes et de La France insoumise.

La grande majorité du PS, le "marais", assiste impuissant à ces querelles et rêve encore, dans la tradition hollandiste, d'une synthèse qui sauverait un parti en miettes.

Un sujet d'Elsa Mondin-Gava avec Yann Plantier.


Hors séance la campagne, un programme de la rédaction, cinq minutes pour revenir sur un fait majeur de la semaine politique.