twitter facebook chevron-right

Polémique Valls-Fourest : Alexis Bachelay dit recevoir des "menaces de mort" sur les réseaux sociaux

"Je suis inquiet pour ma famille et pour moi-même", confie le porte-parole de Benoît Hamon. Il est accusé par l'essayiste et l'ancien Premier ministre d'avoir organisé une réunion publique contre l'état d'urgence avec le Collectif contre l'islamophobie en France. Ce qu'il nie.


"Tout n'est pas permis dans une campagne. Voilà." Vendredi, dans Politique matin, le député PS des Hauts-de-Seine Alexis Bachelay a répondu à la polémique qui l'oppose à Manuel Valls et à l'essayiste Caroline Fourest. Il assure par ailleurs recevoir des menaces de mort.

Les accusations de Caroline Fourest

Sur son blog, Caroline Fourest accuse le porte-parole de Benoît Hamon de "donner des conférences contre l'état d'urgence en compagnie de professionnels des amalgames entre laïcité et 'islamophobie d'Etat', comme Sihame Assbague ou le CCIF". Une accusation réitérée notamment sur le plateau de LCI, où Caroline Fourest assure qu'Alexis Bachelay "représente ce qui se fait de plus détestable aujourd'hui dans la vie politique en termes de complaisance envers l'intégrisme et de clientélisme peut-être".

Manuel Valls a repris à son compte ces allégations mercredi, assurant que le député avait "organisé une réunion avec le CCIF contre l'idée même de la prolongation de l'état d'urgence, contre l'idée même de l'état d'urgence".

Le CCIF invité au nom du "débat contradictoire"

Sur le plateau de Politique matin, Alexis Bachelay explique sa position et répond aux accusations portées à son encontre : "J'ai souhaité début janvier, en 2016 (...) expliquer ce qu'était l'état d'urgence et je l'ai défendu." L'élu a posté sur son blog une vidéo pour appuyer son argumentaire :


Selon Alexis Bachelay, cet extrait vidéo "détruit complètement les accusations de Mme Fourest reprises par M. Valls qui disent que j'ai organisé une réunion contre l'état d'urgence avec le CCIF, ce qui est totalement faux". L'élu socialiste assure avoir invité le CCIF au nom du "débat contradictoire".

Evoquant une "manipulation des faits", Alexis Bachelay assure qu'il reçoit depuis des "menaces de morts" via les réseaux sociaux :

Pour ma famille et pour moi-même, je suis inquiet et je suis vraiment, complètement déboussolé par ces attaques abjectes (...) Ce n'est pas des propos d'un homme d'Etat.Alexis Bachelay