twitter facebook chevron-right

Pierre Lellouche (LR) tient responsable le garde des Sceaux "du prochain attentat en France"

Le député du parti Les Républicains juge "honteux" le texte du gouvernement sur la réforme pénale.


L'examen, à l'Assemblée nationale jeudi matin, du projet de loi de "lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement", a donné l'occasion à Pierre Lellouche de pousser un coup de gueule dans l'hémicycle. Spécialiste des questions géopolitiques, le député LR reproche au gouvernement de ne pas prendre suffisamment au sérieux la lutte contre le terrorisme.

Nous en sommes à la 7e loi antiterroriste en 3 ans et demi. Toutes les lois précédentes, sauf la réforme constitutionnelle qui n'est pas finie, ont été votées par l'opposition. Cette fois-ci, je ne vais pas pouvoir vous suivre. Pierre Lellouche, député LR de Paris

Pierre Lellouche ne digère pas le rejet de l'amendement obligeant les constructeurs de téléphones mobiles comme Apple "la nécessité de donner aux forces de l'ordre, dans le cadre d'une enquête judiciaire et après autorisation d'un juge, l'accès aux matériels".

Le député a aussi déploré la faiblesse de la réponse du gouvernement sur le sort à réserver aux terroristes qui sortiront de prison dans les mois ou années à venir. Dirigeant ses propos vers le nouveau ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, Pierre Lellouche a ainsi lancé "C'est honteux pour la sécurité de nos concitoyens !".

La rétention de sûreté a été instaurée en 2008 pour certaines personnes condamnées à une peine de réclusion criminelle de plus de 15 ans. Cela concerne certains crimes (tortures, assassinats, viols, etc.) qui présentent une "particulière dangerosité" de récidive à l'issue de l'examen de leur situation à la fin de la peine.

Il a même tenu à rendre responsable le garde des Sceaux "du prochain attentat" qui aura lieu en France. Ambiance...

"C'est un peu caricatural"

Pour lui répondre, Christophe Cavard, député écologiste du Gard, a tenu à rappeler que les remises de peines, dont peuvent effectivement bénéficier certaines personnes incarcérées, ne sont pas la seule volonté du gouvernement actuel. Cette mesure, précise-t-il, provient notamment d'une loi portée par l'ancienne ministre Rachita Dati, au gouvernement de la précédente majorité de Nicolas Sarkozy...

C'est un peu caricatural, de vouloir nous reprocher de vouloir libérer libérer et ouvrir les portes de prisons à des terroristes. Je pense que le débat était de bonne qualité, il faut qu'il le reste. Christophe Cavard, député écologiste du Gard

Mercredi soir, l'Assemblée nationale a donné son feu vert pour une retenue de 4h d'un individu lors d'un contrôle d'identité, pour un usage plus souple des armes à feu pour les policiers ou encore un contrôle d'un mois maximum lors du retour d'une personne d'une zone de conflits. Ce projet de loi modifie aussi la procédure pénale.

Au final, les députés ont voté la possibilité d'une "perpétuité incompressible" pour les crimes terroristes.