twitter facebook chevron-right

Notre-Dame-des-Landes : "La parole du peuple doit être respectée", confirme Valls

Le Premier ministre a réaffirmé son soutien au projet de nouvel aéroport dans la banlieue de Nantes, alors même que sa ministre de l'Environnement et le Président de la République ont émis des doutes sur sa faisabilité.


Se fera, ne se fera pas ? Manuel Valls a été une nouvelle fois interrogé sur le projet de construction de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Pour le député centriste Thierry Benoît, "la comédie a assez duré". Il évoque un déni de démocratie, rappelant que les habitants de la Loire-Atlantique se sont prononcés majoritairement pour le projet lors d'une consultation, fin juin.

Mais le dossier reste délicat à gérer, car le site est encore occupé par des opposants aux projets qui ne désarment pas. Pire, au sommet de l'État, François Hollande pense que le projet ne "verra pas la jour" et la ministre de l'Environnement, Ségolène Royal, préfèrerait "arrêter les frais".

Mais mardi, lors des Questions au gouvernement, Manuel Valls a assumé sa différence et appellé au respect du résultat de la consultation :

"C'est un projet déclaré d'utilité publique en 2008. [...] Les personnes qui occupent illégalement les emprises doivent désormais partir. Quant à ceux qui seraient tentés de s'opposer par la force, ils doivent savoir que de tels actes sont passibles de poursuite. Le gouvernement ne sous-estime pas les risques de violences. [...] Mais nous ne pouvons pas céder à ces tentatives grossières de déstabilisation. L'État de droit doit être respecté, c'est au coeur même de mon action."Manuel Valls