twitter facebook chevron-right

Michel Barnier sur la crise agricole : "Le matraquage fiscal et réglementaire est souvent un problème national"

L'ancien ministre de l'Agriculture considère que la crise agricole est majoritairement plus un problème français qu'européen.


Invité jeudi dans Politique matin, l'ancien ministre de l'Agriculture entre 2007 et 2009 et aujourd'hui conseiller spécial du président de la commission européenne, Michel Barnier, a réagi à la polémique en France sur la crise agricole.

"Je suis un peu fatigué, j'en ai assez de ces hommes et de ces femmes politiques à droite et à gauche qui disent c'est la faute des autres, c'est la faute de l'Europe !, s'est exaspéré le conseiller de Jean-Claude Juncker. L'économie agricole française est soutenue à hauteur de 10 milliards d'euros par an par la politique agricole européenne. Le budget national c'est un milliard. Dix fois moins ! Quand j'entends certains hommes politiques dirent qu'il faut rationaliser le budget de la PAC (NDLR : Politique Agricole Commune), c'est de la folie pour les agriculteurs."

Une crise agricole où, selon Michel Barnier, les principaux problèmes résident en France et pas à Bruxelles. "La question du matraquage fiscal, du matraquage réglementaire, c'est souvent un problème national et il faut le traiter au niveau français."