twitter facebook chevron-right

Marisol Touraine favorable à l'ouverture de certains métiers interdits aux diabétiques

La ministre de la Santé a affirmé mardi que certains textes régissant l'accès à des professions réglementées - comme la police - ne sont plus en phase avec la réalité médicale des diabétiques. Elle propose de revoir "complètement les conditions d'aptitudes" à certains métiers.


Les 4 millions de diabétiques devraient apprécier le geste. Mardi, lors des questions d'actualité au gouvernement, la députée écologiste Véronique Massonneau a plaidé leur cause :

Beaucoup se voient refuser l'accès à certaines professions. Hôtesses de l'air, militaires, conducteurs de trains, et même des ingénieurs des mines en raison de présupposées complications liées à la maladieVéronique Massonneau, députée écologiste

Pour illustrer ce "problème méconnu", l'élue prend l'exemple d'Alizée, 22 ans, championne française multimédaillée de karaté. Malgré sa réussite aux tests pour rentrer dans la police, la jeune fille a été recalée après sa visite médicale, à cause de son diabète.

Une pétition en ligne a d'ailleurs recueilli 35 000 signatures pour soutenir Alizée et d'autres diabétiques face à ces obstacles réglementaires.

Nouvelle réalité médicale

Ce genre de "discriminations" remontent à "plusieurs décennies", soutient Véronique Massonneau, et ne prend en compte ni "l'évolution des conditions de travail", ni "les avancées médicales".

Interpellée, Marisol Touraine a partagé le constat de la parlementaire, avec cette annonce à la clé :

Les textes d'aptitudes ne correspondent pas à la réalité médicale et la réalité des soins. Le gouvernement est favorable à ce que ces textes évoluent et que soient revues complètement les conditions d'aptitudes pour un certain nombre de métiers au regard des personnes diabétiques et, le cas échéant, de personnes malades d'autres pathologiesMarisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé