twitter facebook chevron-right

Manuel Valls à Bruno Le Maire : "Votre bilan sur l'éducation ? Moins de moyens, plus d'inégalités"

Le Premier ministre était interrogé mardi lors de la séance des questions au gouvernement.

Manuel Valls a répondu mardi aux critiques de Bruno Le Maire. Le député UMP de l'Eure a demandé lors de la séance des questions au gouvernement le retrait du projet de réformes du collège et des programmes scolaires.

Défense des classes bilangues et du latin

Bruno Le Maire a expliqué que la pétition qu'il a lancé en ce sens a été signée par "234 parlementaires de la droite et du centre". Selon lui, "plutôt qu'un collège unique, il vaudrait mieux un collège diversifié".

L'élu a pris la défense des classes bilangues et des classes européennes, "qui sont un succès" et qui "doivent être maintenues". "Enseigner la langue latine est un moyen de conserver les racines de notre langue française", a ajouté Bruno Le Maire, qui a également évoqué la refonte du programme d'histoire.

"Courage de réformer"

Manuel Valls a réaffirmé la position du gouvernement, en assurant que l'exécutif "ne reculera pas" : "Le collège est aujourd'hui le maillon faible de la scolarité des élèves français." Le Premier ministre a ensuite critiqué le bilan de la précédente majorité : "Votre bilan, il est simple. Moins de professeurs et vous avez saccagé, détruit, la formation des enseignants. Moins de moyens, plus d'inégalités..."

"Ce gouvernement a le courage de réformer", a continué Manuel Valls avant de hausser le ton : "Nous sommes tous aussi républicains que vous ! (...) Si vous voulez un vrai débat, projet contre projet, nous y sommes prêts !"

Les réformes du collège et des programmes scolaires sont de plus en plus critiquées, à droite comme à gauche. Najat Vallaud-Belkacem a répondu mardi matin aux critiques de Nicolas Sarkozy, qui n'a "aucune leçon à donner". L'ancien Président avait critiqué dans un meeting "le combat effréné vers la médiocrité" de la ministre de l’Éducation.

A lire aussi :

>> PEDAGO - Réforme du collège : les 4 dossiers qui fâchent