twitter facebook chevron-right

Macron met en garde les Whirlpool-Amiens contre "les promesses mensongères" de Marine Le Pen

Le candidat a passé trois quarts d'heure avec les salariés de l'usine menacée de fermeture en 2018. Dans une atmosphère survoltée, Emmanuel Macron a détaillé ses solutions en faveur de l'emploi, provoquant un riche dialogue avec ses interlocuteurs. "La réponse à ce qui vous arrive, ce n'est pas de supprimer la mondialisation ou fermer les frontières, ne vous trompez pas !", a plaidé l'ancien ministre de l'Économie, dénonçant en creux le projet du Front national.


La campagne de second tour vient-elle de démarrer mercredi à Amiens ? Un chassé-croisé surprise entre les deux candidats vient en tout cas de faire monter d'un cran l'intensité du duel.

Alors qu'Emmanuel Macron rencontrait l'intersyndicale de l'usine Whirlpool à la Chambre de commerce de la ville dans la matinée, sa rivale a décidé de rendre une visite "improvisée" aux salariés du site.

"Quand j'ai appris qu'Emmanuel Macron venait ici et qu'il n'entendait pas rencontrer les salariés (...), j'ai trouvé que c'était une preuve tellement de mépris à l'égard de ce que vivent les salariés de Whirlpool que j'ai décidé de sortir de mon comité stratégique et de venir vous voir", explique Marine Le Pen.


Cette visite inattendue a mis à mal l'agenda du candidat centriste, qui assure néanmoins avoir demandé à l'intersyndicale vouloir rencontrer les salariés avant la venue de la candidate du Front national.

Réponse du berger à la bergère

D'abord accueilli par des sifflets et dans la confusion par des salariés d'une usine menacée de délocalisation en Pologne, Emmanuel Macron a tenté de reprendre la main.

"Bien sûr qu'il y a de la colère dans le pays, il y a de l'angoisse, il y a une responsabilité à prendre, c'est pour ça que je suis là", a-t-il dit, avant de s'entretenir avec des salariés à l'écart de la presse.

Le candidat a ensuite échangé pendant trois quarts d'heure avec les salariés, un face-à-face filmé par son équipe de campagne (vidéos). Le candidat leur promet notamment qu'"aucun plan social ne sera homologué s'il n'est pas à la hauteur des enjeux". Il se prononce aussi pour que les salariés obtiennent des indemnités supra-légales (au-delà de ce que prévoit la loi) et en faveur d'un repreneur sérieux, sans vouloir faire de "promesses mensongères".

L'ancien ministre de l'Économie de François Hollande a également dénoncé en creux les idées de sa rivale :

La réponse à ce qui vous arrive, ce n'est pas de supprimer la mondialisation ou fermer les frontières, ne vous trompez pas !Emmanuel Macron

Le géant américain de l'électroménager Whirlpool a annoncé en janvier la fermeture en 2018 de son usine d'Amiens, où 290 salariés fabriquent des sèche-linge, pour transférer la production à Lódz, en Pologne. Les emplois de 60 salariés d'un sous-traitant (Prima) et ceux d'intérimaires sont aussi menacés.

>>> À voir aussi :

L'échange entre François Ruffin, candidat aux législatives soutenu par France insoumise, et Emmanuel Macron