twitter facebook chevron-right

Loi Travail : les communistes prêts à voter une motion de censure de droite en cas de 49-3

André Chassaigne, le président du groupe à l'Assemblée, aura toutes les peines du monde à constituer une motion de censure de gauche.


L'exercice promet d'être périlleux pour le gouvernement. Face à la difficulté de l'exécutif à constituer une majorité parlementaire à l'Assemblée nationale, le passage en force avec l'article 49.3 se fait de plus en plus imminent. Une possibilité qui va forcer les députés communistes comme écologistes à se poser la question d'une motion de censure pour destituer le gouvernement.

André Chassaigne, président du groupe communiste à l'Assemblée nationale, annonce déjà, mardi dans Politique matin, son intention de "lancer un appel très solennel à l'ensemble des députés qui sont opposés à ce texte" pour "élaborer une motion de censure de gauche au gouvernement !" Une action qui nécessite le soutien d'au moins un dixième des députés de l'Assemblée nationale, soit 58 députés. Difficile à rassembler à gauche... à moins de rallier les députés socialistes frondeurs.

Dans tous les cas, le député communiste se dit prêt à voter la censure, même si elle est initiée par la droite. "Si le seul moyen de rejeter ce texte, c'est au final de joindre nos voix à celles de la droite, nous voterons la motion de censure déposée par la droite."

Chez les écologistes en revanche, voter une motion de censure de droite gêne encore. "C'est une question qui se pose réellement quand on a un gouvernement qui décide de passer en force et de recourir au 49.3", explique le député écologiste Sergio Coronado. "C'est plus facile de voter une motion de censure élaborée par la gauche sur un projet que nous défendrions (...) c'est plus compliqué de le faire quand c'est la droite qui est à la man?uvre. Même si nous pouvons nous retrouver dans des votes de refus, nous ne partageons absolument pas le même projet."