twitter facebook chevron-right

Loi Travail : à l'Assemblée, l'opposition brandit la menace de la motion de censure

A 16h15, mardi, le texte porté par la ministre Myriam El-Khomri arrive dans un hémicycle chauffé à blanc.


Il "manque quarante voix pour voter" la loi Travail, a expliqué le rapporteur PS du texte, Christophe Sirugue. Force est de constater que le texte cristallise la fronde. Et pas seulement au sein du groupe PS. A la mi-journée, mardi, les groupes communistes, UDI (centristes) et Les Républicains ont fait part de leur rejet du projet de loi porté par Myriam El Khomri. En cas de l'utilisation de l'article 49.3, le gouvernement est même prévenu : il devra faire face à une motion de censure. Ambiance...


Le groupe GDR prêt à "croiser le fer"

Le député PCF du Puy-de-Dôme, André Chassaigne souhaite le retrait du texte, "une loi de régression sociale", selon lui. A défaut, son groupe votera contre :

C'est la volonté de nous battre, de croiser le fer pour montrer que ce texte est régressif. André Chassaigne, président du groupe GDR

Il s'est ensuite félicité d'avoir fait "péter" le logiciel de l'Assemblée, en déposant "2.142 amendements, soit la moitié des amendements déposés sur ce texte".

Le groupe GDR votera mardi les deux motions de rejet et de renvoi déposées par Les Républicains.

Si le gouvernement devait dégainer le 49.3, le président du groupe GDR prévient : il travaillera à une "motion de censure de gauche progressiste". C'est-à-dire sans la droite.


L'UDI prédit "l'échec total du texte"

Contrairement au groupe GDR, Philippe Vigier le président du groupe UDI à l'Assemblée, explique que son parti n' "est pas dans l'obstruction parlementaire". Seuls 128 amendements ont été déposés par l'UDI, a-t-il précisé. Philippe Vigier a demandé l'allongement du temps accordé au débat dans l'hémicycle, en vain.

Son sentiment sur le projet de loi Travail est sans appel :

Je vous annonce l'échec total de ce texte. Non seulement il ne va pas créer d'emploi, mais en plus je pense qu'il facilitera la destruction d'emploi Philippe Vigier, président du groupe UDI

Philippe Vigier menace aussi le gouvernement d'une motion de censure s'il était tenté d'utiliser le 49.3. Dans ce cas de figure, il place les frondeurs socialistes face à leurs responsabilités et les invite "à franchir le Rubicon en votant la motion de censure."

Motions à tous les étages du côté des LR

Le groupe Les Républicains va présenter des motions de procédure visant soit à renvoyer le texte en commission, soit à le rejeter purement et simplement. En cas de 49.3, le parti déposera une motion de censure "sur l'ensemble du bilan de Hollande, pas sur la seule loi Travail."

Par la voix de son président, Christian Jacob, le parti déplore également le délai trop court accordé au débat dans l'hémicycle :

On est incapable de travailler sur les 5.000 amendements qui ont été déposés en cinq jours de débats à l'Assemblée Christian Jacob, président du groupe LR à l'Assemblée


Pour comprendre le projet de loi

>> Licenciements, temps de travail, hiérarchie des normes : comment les députés veulent modifier la loi El Khomri

>> La commission des Affaires sociales adopte la loi Travail


---

Article d'Elodie Hervé