twitter facebook chevron-right

Lemorton (PS) dénonce les pressions et agressions de la CGT contre ses assistants parlementaires

La députée de Haute-Garonne, dont la permanence est régulièrement attaquée ces dernières semaines, dénonce les actions de la CGT qui ne sont pas "des méthodes d'un pays démocratique".


Que s'est-il passé à Toulouse, dans la circonscription de la députée socialiste Catherine Lemorton ? La présidente de la commission des Affaires sociales, invitée jeudi dans Politique matin, a évoqué les incessantes pressions qui pèsent sur son local de député depuis plusieurs semaines, mais également sur ses assistants parlementaires. En cause : la fronde contre la Loi Travail.

"Ma permanence parlementaire fait l'objet d'attaques et de harcèlements quasi-permanents", assure la députée. "Avant-hier soir, il y avait encore quatre personnes de la CGT en train de surveiller la sortie de mes assistants parlementaires. Est-ce que ce sont des méthodes d'un pays démocratique ? La réponse est non. (...) Quand je vois une quarantaine de personnes s'en prendre à deux assistants parlementaires isolés, je leur dis : 'quel courage !' "