twitter facebook chevron-right

Le PDG de Carrefour dénonce le mutisme de Lactalis durant la crise du lait contaminé

Auditionné mardi par les députés sur l'affaire du lait infantile contaminé, Alexandre Bompard raconte son face-à-face avec Emmanuel Besnier, quelques semaines après le rappel des produits du groupe Lactalis. Le patron de Carrefour dénonce la communication "très médiocre" qu'il a eu avec son fournisseur, acteur incontournable sur le marché des produits laitiers.

L'affaire Lactalis a été un vrai séisme dans la sécurité alimentaire et ses répliques se font encore sentir aujourd'hui. Auditionné mardi par la commission d'enquête parlementaire chargée de faire la lumière sur ce scandale sanitaire, le PDG de Carrefour n'a pas hésité à critiquer la "gestion défaillante" de son fournisseur.

Car si toute la grande distribution a été touchée par le rappel des laits infantiles contaminés par la salmonelle, le groupe Carrefour sous-traite en plus sa propre marque distributeur à Lactalis ! Dès le 10 décembre, deux jours après les premiers rappels, Carrefour veut savoir si son lait en poudre, produit sur le site de Craon (Mayenne), est aussi en cause. Réponse de Lactalis :

On a demandé si d'autres lots étaient concernés, si notre produit était concerné, et on nous a confirmé par écrit que non !
Hervé Gomichon, directeur qualité du groupe Carrefour

C'est finalement plus tard, par l'intermédiaire de la direction générale de la répression des fraudes elle-même, que Carrefour prendra conscience de l'ampleur du problème. Entre temps, la chaîne aura vendu 434 produits "par erreur", soit 0,3% des 169.590 boîtes livrées à ses magasins et entrepôts.

Un manque de communication intolérable pour Alexandre Bompard, PDG de Carrefour depuis un an et confronté à sa première crise sanitaire :

Au fond, on a eu énormément de mal à avoir de l'information, les relations ont été très tendues entre les équipes.Alexandre Bompard, président-directeur général du groupe Carrefour

Le patron révèle ensuite aux députés avoir rencontré en face-à-face Emmanuel Besnier, le numéro 1 de Lactalis. "Il m'a semblé indispensable de débriefer à mon niveau...", expose-t-il. Sans rentrer dans les détails de la rencontre, qu'on imagine musclée, Alexandre Bompard estime qu'il ne faut "plus jamais avoir un déficit de communication aussi fort dans la relation entre cet industriel et le groupe Carrefour".

Emmanuel Besnier sera lui entendu par la commission d'enquête le 7 juin prochain. Une audition à suivre en direct sur LCP.fr.