twitter facebook chevron-right

Devant la commission d'enquête, l'association L214 détaille les techniques d'abattage

Mercredi après-midi, la commission d'enquête parlementaire sur les abattoirs s'est ouverte par l'audition de l’association L214.


Pour comprendre le débat >> Abattoirs : la maltraitance animale dans le collimateur des députés

Brigitte Gothière, co-fondatrice de l'association L214, était reçue à l'Assemblée nationale dans le cadre de la commission d'enquête sur les abattoirs. Cette militante antispéciste a expliqué en quoi consiste la technique d'étourdissement, et pourquoi celle-ci est pratiquée dans les abattoirs.

Pourquoi les animaux ne sont pas tués ? Parce que l'on a besoin que le c?ur fonctionne encore. Pour les vider de leur sang. Brigitte Gothière, co-fondatrice de l'association L214

"Plus de transparence dans les abattoirs"

Puis l'association est revenue sur ce qu'elle attendait de cette commission. Brigitte Gothière a ainsi demandé "plus de transparence dans les abattoirs" avec la mise en place de vidéos de surveillance et une possibilité pour les ONG d'avoir accès aux enregistrements. Elle demande aussi que la question du bien-être des animaux soit détaché du ministère de l'Agriculture pour éviter un conflit d'intérêt.

Depuis la diffusion de la vidéo du Vigan, la mairie et la communauté de communes ont décidé d'en équiper l'abattoir.

Existe-t-il d'autres vidéos ?

Puis l'association a été questionnée sur les vidéos tournées dans les abattoirs. Existe-t-il d'autres vidéos ? Combien d'heures d'enregistrement avez-vous ?

A ces interrogations, Brigitte Gothière avait expliqué à LCP.fr que son association recevait un grand nombre de vidéos. Mais toutes ne peuvent être publiées. Face aux députés, elle explique pourquoi :

Puis, l'association a été questionnée sur la proportion de maltraitance animale au regard des vidéos diffusées. Réponse du président de L214, Antoine Comiti :

Même si seulement 1% des animaux sont concernés par ces violences, ça veut dire que l'on parle au total de 10 millions d'animaux car il y en a plus d'un milliard chaque année en France (qui finissent à l'abattoir, ndlr). Soit environ le nombre de chiens et de chats en France, qui sont concernés par les horreurs que l'on peut voir. Antoine Comiti, président de L214

Après deux heures d'audition, c'est l'association ?uvre d'assistance aux bêtes d'abattoirs (OABA) qui a été entendue. Son président, Jean-Pierre Kieffer, aussi vétérinaire a également dénoncé certaines pratiques des abattoirs.

---

Pour comprendre le débat

>> Abattoirs : la maltraitance animale dans le collimateur des députés

Pour revoir les autres interventions

>> Devant la commission d'enquête, l'association L214 détaille les techniques d'abattage

>> Abattage : le maire d'Alès qualifie les méthodes de l'association L214 de "terroristes"

----

Article d'Elodie Hervé