l L'Assemblée va enquêter sur les groupuscules d'extrême droite | LCP Assemblée nationale twitter facebook chevron-right

L'Assemblée va enquêter sur les groupuscules d'extrême droite

À la demande du groupe La France insoumise, les députés ont créé une commission d'enquête sur la lutte contre les groupuscules d’extrême droite en France. Si le sujet est d'actualité, certains ont regretté une initiative "hémiplégique", alors que d'autres groupuscules mériteraient l'attention du Parlement.

GUD, Génération identitaire, Bastion social... Pendant les prochains mois, les députés vont plancher sur la question de ces organisations classées à l'extrême droite. La France insoumise a usé de son droit de tirage pour demander la constitution d'une commission d'enquête sur le sujet ; une demande validée mercredi par la commission des lois.

[Elle] est chargée de faire un état des lieux sur l’ampleur du caractère délictuel et criminel des pratiques des groupuscules d’extrême droiteProposition de résolution de La France insoumise, déposée le 8 novembre 2018

Au lendemain de manifestations violentes dans de nombreuses villes du pays, où des "ultras" de toutes obédiences ont joint leurs forces, pourquoi s'intéresser seulement les groupuscules d'extrême droite ? "Parce que ces derniers mois, on a assisté à une recrudescence d'actes violents de ces groupes là qui était assez alarmante", explique Murielle Ressiguier (LFI).

Sacha Houlié (LaREM), qui ne s'est pas opposé à l'opportunité de créer la commission d'enquête, a toutefois dénoncé une proposition "hémiplégique" car "aucun des groupes extrémistes ne méritent ni compassion ni compréhension". Sa collègue de la majorité Laurence Vichnievsky (MoDem) espère de son côté que les députés allaient enquêter sur des "process", "qui sont les mêmes qu'il s'agisse de l'extrême droite, l'extrême gauche ou d'autres groupuscules".

Le rapporteur de la commission d'enquête est Thomas Rudigoz (LaREM) et son président sera l'un des 17 députés de La France insoumise. Ils devront rendre leurs conclusions dans les six prochains mois.