twitter facebook chevron-right

La Nouvelle-Calédonie bientôt indépendante ? "Strictement impossible", assure le leader des Unionistes

Farouchement opposé à l'indépendance, Philippe Gomès, député UDI, agir et indépendants et président de Calédonie ensemble, se dit confiant sur le résultat du référendum prévu en novembre prochain. Inquiet, Philippe Gomès espère que les Indépendantistes accepteront le résultat des urnes et ne "seront pas humiliés".

L'enjeu est de taille. D'ici 7 mois, la Nouvelle-Calédonie, territoire français de 270 000 habitants de l'océan Pacifique, au large de l'Australie, va se prononcer sur son avenir en votant pour ou contre l'indépendance.

Vidéo Loris Boichot

Invité mercredi dans Politique matin, le président de Calédonie ensemble - le principal parti au Congrès de la Nouvelle-Calédonie, opposé à l'indépendance - a assuré ne pas croire un instant à l'hypothèse d'une indépendance . "C'est strictement impossible. Tous les scrutins ces 20 dernières années donnent les listes non-indépendantistes majoritaires avec près de 60% des voix et les listes indépendantistes avec 40% des voix, détaille Philippe Gomès. Sur les 169 000 électeurs, on a 92 000 électeurs non-kanaks et 77 000 électeurs kanaks. Le rapport de force est défavorable à ceux qui portent la revendication de l'indépendance."

Ne pas humilier les indépendantistes

"J'espère qu'au-delà du référendum, celles et ceux qui vont le perdre - les indépendantistes - en accepteront le résultat, relève Philippe Gomès. Mais surtout, j'espère qu'ils ne seront pas humiliés. Si jamais on a l'humiliation, à la sortie du référendum, cela peut créer de graves désordres… Il faut qu'ils soient respectés dans leurs convictions."

Le projet de loi sur l'accession à la souveraineté de la Nouvelle-Calédonie a débuté mardi dans l'hémicycle. Il définit le corps électoral pour rendre le scrutin incontestable. Les débats ont cependant aussi porté sur la position du gouvernement alors que le chef de l'Etat ne souhaite pas prendre position.


Politique Matin, c’est tous les jours, du lundi au vendredi, de 8h30 à 9h30 sur LCP. Deux interviews politiques, une revue de presse, des chroniques : une heure pour dépasser les postures, se démarquer du prêt-à-penser et se faire une opinion sur le contenu de l'actualité parlementaire et politique du jour. Réagissez en direct sur Twitter : #PolMat