twitter facebook chevron-right

La Hague : le patron d'Orano (ex-Areva) minimise les risques en cas de chute d'avion sur les piscines de combustible usagé

Selon Philippe Knoche, une chute d'avion ou un tir de roquette ne pourraient endommager suffisamment les piscines d'entreposage de combustible usé pour provoquer leur dénoyage.

"Je voudrais prendre cet exemple car nos opposants l'utilisent beaucoup..." Jeudi, devant la commission d'enquête parlementaire sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires, le directeur général d'Orano (ex-Areva) Philippe Knoche a tenté de rassurer les députés sur la résistance du site de retraitement de La Hague.

Selon lui, les piscines d'entreposage de combustible nucléaire usé ne sont pas vulnérables aux chutes d'avion ni aux tirs de roquette :

Face à une menace terroriste, le but est d'éviter une brèche qui provoquerait le dénoyage de la piscine. Il faudrait attaquer la partie inférieure, celle qui contient l'eau.Philippe Knoche

"Les armes anti-chars peuvent percer"

Philippe Knoche assure qu'un mur de béton protégeant les parties basses des piscines "fait plus d'un mètre d'épaisseur", et non pas "trente centimètres", si bien que les tirs de roquette, assure-t-il, ne permettraient pas de le percer. "Les armes anti-chars peuvent percer jusqu'à trois mètres de béton", a toutefois objecté la rapporteure LREM de la commission d'enquête, Barbara Pompili.

"Les éléments en ma possession montrent que ce qui est à disposition d'attaques terroristes, ce ne sont pas des armes telles que vous les mentionnez...", lui a répondu Philippe Knoche.

Le directeur général d'Orano assure en outre que "la configuration des bâtiments à la Hague" (...) empêche de fait un avion gros-porteur d'atteindre la partie basse". La partie haute, pour sa part, est "supportée par des poutres en acier, très fortes", si bien que l'avion "se disloquerait", avance Philippe Knoche. Ainsi, toujours selon lui, le plus gros débris qui pourrait pénétrer dans la piscine serait "le moteur avec sa nacelle" :

Un moteur qui tombe ne provoque pas lui non plus le dénoyage de la piscine.Philippe Knoche

"400.000 événements de sécurité"

Philippe Knoche a également mis en avant les efforts de son entreprise en matière de cybersécurité : Orano investira "au-delà de ce qui était prévu", "plus de 10 millions d'euros" sur les années 2018-2020.

L'entreprise dit être victime de 200 attaques chaque jour sur ses réseaux, de 90 attaques par virus et de 2 "attaques très ciblées" :

Ceci fait partie de 400.000 événements de sécurité qui sont analysées par les ordinateurs qui surveillent nos réseaux par jour.Philippe Knoche

Floutage impossible sur Google earth

Le directeur d'Orano a enfin fait une drôle de confidence : il n'arrive pas à faire flouter ses sites sur les images satellites en libre service de Google earth. "Cela ne touche pas que nos sites, il y a d'autres sites importants de l'Etat qui ne sont pas floutés non plus", insiste Philippe Knoche, qui suggère aux députés ou à l'Etat d'intervenir.