twitter facebook chevron-right

Emploi : la famille Gattaz taclée par la CFE-CGC

Auditionné mercredi à l'Assemblée nationale, le secrétaire national du syndicat a ironisé sur les promesses sans lendemain de Gattaz père et fils, patrons des patrons à trente ans d’intervalle.


Après l'audition de la ministre du Travail mardi, les syndicats qui se sont rendus devant la Commission des affaires sociales, mercredi matin.

Franck Mikula, secrétaire national de la CFE-CGC, a profité de son audition devant la Commission des affaires sociales mercredi, pour tacler le patron des patrons Pierre Gattaz et son père, Yvon, qui avait lui aussi dirigé le CNPF (l'ancien Medef) de 1981 à 1986 :

Depuis au moins 30 ans, on ne cesse de flexibiliser les conditions sociales, d'assouplir le code du travail. Ça a commencé avec un certain Yvon Gattaz, qui proposait de créer des milliers d'emplois si on supprimait l'autorisation administrative de licenciement. Aujourd'hui c'est un autre Gattaz, Pierre, qui nous promet des millions d'emplois si on lui donne beaucoup d'argent avec le pacte de responsabilité et si on flexibilise le code du travail. Si on avait effectivement créé les millions d'emplois que la famille Gattaz et le Medef nous proposaient de créer, il y a belle lurette qu'on aurait aspiré tous les chômeurs des pays européens environnants. Franck Mikula CFE-CGC

Ce tacle intervient après un échange d'amabilités entre Carole Couvert, la présidente de la CFE-CGC, et Pierre Gattaz. Mi-mars, le patron du Medef avait envoyé un SMS de menaces à la syndicaliste afin de la contraindre à soutenir l'avant-projet de la loi El-Khomri.