twitter facebook chevron-right

Démission de Pierre de Villiers : inquiétude des députés pour les futures auditions à l'Assemblée

Les auditions à huis clos bientôt victimes de l'auto-censure des intervenants ? C'est le risque craint par des députés, invités jeudi dans Politique matin. Le député REM Guillaume Gouffier-Cha déplore la rupture du huis clos "quelqu'un a parlé, ce n'est pas normal". Le président du groupe LR à l'Assemblée en appelle lui à François de Rugy, le président du Palais-Bourbon.

La liberté des échanges désormais menacée à l'Assemblée nationale ? Les députés s'inquiètent de la démission, mercredi, du chef d'état-major des armées Pierre de Villiers après une audition mercredi dernier à l'Assemblée nationale où il a exprimé son désaccord avec le rabot de 850 millions d'euros en 2017 sur le budget des Armées.

"Ce qui n'est pas normal, la semaine dernière, c'est que cette réunion qui se tient à huis clos, le huis clos a été rompu et quelqu'un a parlé. Ça, ce n'est pas normal, juge Guillaume Gouffier-Cha député REM. Le député du Val-de-Marne assure toutefois qu'il est "logique" que Pierre de Villiers ait quitté ses fonctions du fait d'un désaccord majeur avec le président de la République.

"J'en appelle au président de l'Assemblée nationale"

Le président du principal groupe d'opposition, Les Républicains, exprime lui une vive inquiétude et dénonce l'attitude d'Emmanuel Macron vis-à-vis du pouvoir législatif. "C'est de la part du président de la République une faute grave, une faute lourde ! Le général de Villiers n'a pas donné une interview, il s'est exprimé devant la commission de la Défense. Si demain un militaire ne peut plus s'exprimer librement devant la représentation nationale, c'est extrêmement grave !", alerte Christian Jacob.

Le patron du groupe LR en appelle à François de Rugy : "J'en appelle au président de l'Assemblée nationale, pour faire en sorte que les droits de l'Assemblée soient préservés, et que toutes les personnes qui interviennent devant une commission parlementaire puissent le faire librement !"


Politique Matin, c’est tous les jours, du lundi au vendredi, de 8h30 à 9h30 sur LCP. Deux interviews politiques, une revue de presse, des chroniques : une heure pour dépasser les postures, se démarquer du prêt-à-penser et se faire une opinion sur le contenu de l'actualité parlementaire et politique du jour. Réagissez en direct sur Twitter : #PolMat