twitter facebook chevron-right

"Il n'y a pas de crise institutionnelle", martèle Valls à l'Assemblée

Le Premier ministre a affirmé lors de la séance des questions au gouvernement qu'il y avait, entre François Hollande et lui, un rapport de "respect, de confiance, de franchise".


Circulez, il n'y a rien à voir. Interpellé à plusieurs reprises lors de la séance des questions au gouvernement par l'opposition, Manuel Valls a nié mardi l'existence d'une "crise institutionnelle" entre François Hollande et lui.

Dimanche, le chef du gouvernement avait semblé, dans une interview donnée au Journal du dimanche, se préparer à une candidature à l'élection présidentielle face au chef de l'Etat. L'épisode avait, selon le Parisien, conduit François Hollande à envisager un remaniement ministériel.

"Ma conception des institutions, c'est la loyauté"

Devant les députés, le Premier ministre s'est employé à éteindre l'incendie, qui prend au sein même de la majorité :

Il n'y a pas de crise institutionnelle parce que de toute façon ma conception des institutions c'est l'engagement et la loyauté.Manuel Valls

Manuel Valls avait été interpellé quelques minutes plus tôt par le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale Christian Jacob : "Les Français ne supportent plus le spectacle affligeant que vous-même et le président de la République donnez à la tête de l'exécutif", a déclaré le député de Seine-et-Marne, qui redoute que "le gouvernement de la France continue d'être la risée du monde entier".

Le président du groupe UDI à l'Assemblée nationale Philippe Vigier a lui aussi mis en cause le couple exécutif : "La question du leadership et de la ligne politique n'ont toujours pas été tranchées..." Manuel Valls lui a répondu, une fois de plus, qu'il n'y avait pas "de crise de régime" :

Le rapport entre le Premier ministre et le président de la République est à la fois un rapport de respect, de confiance, de franchise, comme cela existe à chaque fois (...) Il y a forcément un rapport de respect, de confiance, de loyauté et de franchise...Manuel Valls