twitter facebook chevron-right

Finances publiques : "Il n'y a pas de cagnotte !", martèle Gérald Darmanin

Malgré des recettes fiscales supérieures aux prévisions en 2017, le ministre de l'Action et des Comptes publics a nié devant les députés l'existence de toute "cagnotte" ou "manne" à disposition de l'État.

"Je l'ai bien cherchée, je ne l'ai pas trouvée !.." Devant la commission des finances, Gérald Darmanin a assuré mercredi qu'"il n'y avait pas de cagnotte" depuis l'amélioration de la conjoncture économique.

Le ministre a reconnu que le déficit de l'État pour 2017 était plus faible qu'attendu, à 67,8 milliards d'euros, contre 74,1 milliards prévus dans les lois de finances 2017. "Le niveau le plus bas depuis 2008", se félicite-t-il. En cause notamment, une croissance de 1,9% (+0.2 points par rapport aux hypothèses du gouvernement) et un surcroît de recettes fiscales d'environ 4 milliards d'euros.

Un matelas confortable qui ne se traduira pas directement dans le porte-monnaie des ministères ni dans celui des Français, note toutefois Gérald Darmanin :

"Il n'y a pas de cagnotte, il n'y a pas de cagnotte, il n'y a pas de cagnotte !"Gérald Darmanin, le 21 février 2018

Dans un pays qui a "2 200 milliards d'euros de dettes" et qui perd "2 115 euros par seconde", le ministre a affiché sa préférence pour le désendettement et la "poursuite de la baisse de la dépense publique", surtout dans une "phase de reprise". Toutefois, Gérald Darmanin a reconnu que le "zéro dépense supplémentaire" voulu par le premier ministre pour l'année 2017 n'a pas été tenu.

Quant à l'objectif de faire repasser la France sous la barre des 3% de déficit en 2018, le ministre reste prudent. Il préfère attendre la publication des comptes des collectivités et de la Sécurité sociale, d'ici à la fin mars, pour savoir si le pays en aura fini avec la procédure de déficit excessif, en cours depuis 2009.