twitter facebook chevron-right

'Fake news' : "Aucun Etat étranger ne peut choisir le futur président de la République", prévient Ayrault

Le ministre des Affaires étrangères a mis en garde les puissances étrangères, et particulièrement la Russie, qui pourraient être tentées de propager de fausses rumeurs dans le but d'influer sur les échéances électorales. Il a promis que la France prendra, si nécessaire, des "mesures de rétorsion".


Mercredi, lors de la séance des questions au gouvernement, Jean-Marc Ayrault a évoqué d'éventuelles tentatives de déstabilisation du processus électoral français par des puissances étrangères.

Le ministre des Affaires étrangères répondait à une question du député de Charente-Maritime Olivier Falorni, qui l'interpellait sur "les informations calomnieuses de sites étrangers, pour la plupart russes, massivement relayées sur les réseaux sociaux".

"Être vigilant"

"Après ce qui s'est passé aux Etats-Unis, c'est notre responsabilité de prendre toutes les mesures pour que l'intégrité de notre processus démocratique soit pleinement respecté", a affirmé Jean-Marc Ayrault. Le ministre des Affaires étrangères a également affirmé que le gouvernement allait être "vigilant sur tout ce qui relève de la désinformation des organes de presses qui sont parfois étroitement liés à des Etats tiers" :

Aucun Etat étranger ne peut choisir le futur président de la République.Jean-Marc Ayrault

Jean-Marc Ayrault a par ailleurs fait référence aux candidatures de François Fillon et Marine Le Pen, sans toutefois les citer :

Je serais intéressé à ce que certains candidats ou certains candidates qui se voient assurés d'une préférence par un pays que l'on connaît bien comme la Russie se révoltent contre ce type d'influence... Je ne les ai pas entendus.Jean-Marc Ayrault