twitter facebook chevron-right

"Expliquer, c'est excuser" : le père d'une victime du Bataclan critique les propos de Valls

"Il est absolument essentiel de comprendre et d'expliquer les mécanismes qui conduisent des jeunes Français à prendre les armes contre des jeunes de leur âge", a déclaré lundi Georges Salines, le président de l'association "13 novembre : Fraternité et Vérité".

"Franchement, je suis inquiet d'entendre des voix à un niveau très élevé de la République dire qu'expliquer le djihadisme, c'est déjà un peu l'excuser." Lundi, Georges Salines, le président de l'association 13 novembre : Fraternité et Vérité, est auditionné par la commission d'enquête relative aux "moyens mis en œuvre par l'État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015".

"Comprendre pour pouvoir lutter"

Il répondait ainsi à Manuel Valls, qui avait, le 9 janvier dernier, prononcé des propos polémiques sur les djihadistes lors d'une cérémonie d'hommage aux victimes de l'attentat de l'Hyper Cacher :

Pour ces ennemis qui s'en prennent à leurs compatriotes, qui déchirent ce contrat qui nous unit, il ne peut y avoir aucune explication qui vaille. Car expliquer, c'est déjà vouloir un peu excuser.Manuel Valls, le 9 janvier 2016

"Je suis le dernier qui penserait à excuser les personnes qui ont tué ma fille ou (les personnes) qui les ont manipulées. Mais il faut comprendre ces mécanismes pour pouvoir lutter", lui a répondu Georges Salines à l'Assemblée nationale.

"Les personnes qui font ce travail sont un peu, si on en reste aux moyens mobilisés actuellement, en train d'essayer de vider la mer avec une petite cuillère", a ajouté le président de l'association, appelant à "changer d'échelle".

"Les enfants de la République tuent les enfants de la République"

Un autre membre de l'association "13 novembre : Fraternité et Vérité" a remis en cause les propos du Premier ministre : "Donnons-nous les moyens de la prévention, en tant que société (...) Je me suis longtemps demandé (...) 'Où est-ce que la société française, nous en tant que société, à quel moment nous avons perdu (ces garçons que j'ai vu, qui sont Français) ?'", a déclaré Aurélie Gilbert, rescapée du Bataclan.

"Ça reste des êtres humains (...) ces gens ont des familles, un environnement social, une éducation, ce sera à votre commission et à l'ensemble des pouvoirs publics de voir où est-ce qu'en tant que société nous avons tous failli à ce moment-là", a-t-elle ajouté, avant de conclure : "Ce sont les enfants de la République qui tuent les enfants de la République..."


Maxence Kagni