twitter facebook chevron-right

En Grèce, le groupe chinois Cosco développe à marche forcée le port du Pirée

Après la vente en 2016 du plus important port grec à une entreprise chinoise, la Chine bénéficie désormais d'une véritable porte d'entrée sur le continent européen. L'activité n'y cesse d'y grandir, sous l'impulsion des 700 millions d'euros d'investissements sur 5 ans avancés par le groupe chinois. Reportage de François Chevré.

Huit ans après la crise de la dette publique grecque, le pays n'est toujours pas remis du cataclysme financier qui l'a frappé. Au prix d'importantes privatisations, notamment de ses infrastructures (ports, autoroutes, énergie), la Troïka (Commission européenne, BCE et FMI) a accepté de verser plusieurs milliards d'euros pour stabiliser et racheter la dette de la Grèce qui se monte toujours à 180% de son PIB.

Des privatisations dont la Chine a su profiter. L'un des plus grands ports de la mer Méditerranée, le port du Pirée, est désormais la propriété du chinois "China Cosco Holdings", l'un des plus grands groupes mondiaux de porte-conteneurs.

Aujourd'hui au port du Pirée d'Athènes l'activité s'apprête à doubler, d'ici la mi-2019, grâce aux gigantesques investissements chinois.