twitter facebook chevron-right

En cas de réduction du nombre de députés, Rugy souhaite "redéployer" à l'Assemblée les économies réalisées

Le président de l'Assemblée nationale souhaite conserver la dotation financière de l'Assemblée pour donner plus de moyens aux députés pour travailler. François de Rugy insiste sur le fonctionnement "collégial" et "pluraliste" du Palais Bourbon, une réponse aux initiatives du (remuant) premier questeur, Florian Bachelier.

L'argent économisé par l'Assemblée nationale doit rester à l'Assemblée nationale pour améliorer les conditions de travail des députés. C'est en substance le message adressé par le président de l'Assemblée nationale, jeudi sur LCP.

"En 10 ans le budget de l'Assemblée a baissé de 7%"

"Depuis près de 10 ans le budget de l'Assemblée nationale a globalement baissé !, assure François de Rugy. On ne veut pas augmenter la contribution de l'Etat au fonctionnement de l'Assemblée mais pour augmenter les moyens de travail des députés, si on baisse le nombre de députés, on pourra redéployer ces moyens."

Le président de l'Assemblée nationale a par ailleurs rappelé le fonctionnement "collectif" du Palais Bourbon. "J'associe depuis le début tous les groupes de l'Assemblée nationale. Nous avons une démarche collective et les choses sont simples. Les questeurs gèrent au quotidien le budget de l'Assemblée nationale. Nous avons eu une réunion du bureau de l'Assemblée, tout le monde a redit son attachement au fonctionnement collectif, collégial !"

François de Rugy répond ainsi à Florian Bachelier, le premier questeur de l'Assemblée qui a suggéré dans le JDD d'importantes économies au Palais Bourbon avec la possibilité, ensuite, de reverser à l'Etat une partie de l'argent économisé. "L’idée, c’est de bien gérer, de dégager des marges pour que les députés puissent bien travailler, avait déjà répondu Rugy au JDD. Mais je ne pense pas que le Parlement français soit surdoté. La démocratie a un coût, la contrepartie est que ce soit bien géré, transparent, contrôlé."

Rugy confirme l'achat de l'hôtel de Broglie

François de Rugy souhaite conserver l'hôtel de Broglie, un immeuble acheté l'année dernière par l'Assemblée nationale :

Là encore, le président de l'Assemblée nationale s'inscrit en faux par rapport aux déclarations de Florian Bachelier et sa proposition d'interrompre "l'opération d'extension de l'Assemblée à l’hôtel de Broglie".