twitter facebook chevron-right

Election à la questure : les UDI dénoncent les "combines" et menacent de quitter le groupe Les Constructifs

Les députés UDI ne savaient pas que leurs nouveaux collègues des Républicains Constructifs présenteraient la candidature de Thierry Solère à la questure de l'Assemblée nationale. Le divorce n'est pas encore consommé, mais la tension monte.


La nomination du bureau de l'Assemblée nationale n'en finit pas de créer des remous. Mercredi, les députés ont nommé Thierry Solère, député Les Constructifs (proche de la majorité), à la questure de l'Assemblée. Une décision qui a provoqué la colère de l'opposition puisque que ce poste devait lui revenir, conformément à la tradition. Les Républicains, qui soutenaient la candidature d'Eric Ciotti, pensaient l'obtenir.

Mais cette nomination a également provoqué une crise au sein même du groupe Les Constructifs à l'Assemblée nationale. Il est composé d'anciens députés Les Républicains favorables au gouvernement et de membres de l'UDI.

"Cette questure revient au groupe LR"

Or, comme le souligne jeudi matin le député Bertrand Pancher, les UDI Constructifs ont appris que leurs nouveaux collègues (issus des Républicains) présentaient la candidature de Thierry Solère au même moment que les députés des autres groupes, alors qu'ils étaient sur les bancs l'Assemblée nationale. Philippe Vigier, le président du groupe UDI sous la précédente législature, ne décolère pas :

Il y a eu un choix d'un candidat sans même qu'il y ait une décision de l'ensemble des parlementaires du groupe.Philippe Vigier

Philippe Vigier estime que "cette questure devait revenir au groupe Les Républicains qui sont les plus nombreux" : "C'est la tradition de cette maison." L'élu menace, s'il n'est pas entendu prochainement, de provoquer une scission du groupe :

Nous n'en resterons pas là. Je ne resterai pas dans un groupe longtemps dans lequel il y ce genre de fonctionnement.Philippe Vigier


Propos recueillis par Rym Ben Ameur et Stéphanie Depierre