twitter facebook chevron-right

Duflot : "La tenue de ce débat est triste"

L'ancienne ministre, opposée à la réforme de la Constitution, s'est exprimée lundi soir sur LCP. Elle a dénoncé le fait que lors du vote sur l'article 1 de la loi de révision, "441 parlementaires étaient absents".

Cécile Duflot a fustigé lundi soir un "débat un peu triste", alors que l'Assemblée nationale a adopté l'article 1 du projet de révision de la Constitution. Dénonçant l'absentéisme des députés (seuls 136 d'entre eux ont voté sur l'article 1), l'élue a par ailleurs critiqué la "volonté d'abréger les débats" de la majorité socialiste. Plus tôt dans la journée, Cécile Duflot avait d'ailleurs, à ce sujet, eu un vif échange avec Claude Bartolone, le président de l'Assemblée nationale.

L'ancienne ministre du Logement estime que le débat parlementaire se passe dans des "conditions un peu heurtées". Elle assure que la révision de la Constitution est un "moment politique de grands bouleversements, de grande fragilité", ce qui "explique" selon elle l'"absence" de certains de ses collègues. Cécile Duflot a également dénoncé les "pressions extrêmement fortes sur les parlementaires" exercées par la majorité socialiste et par la direction du parti Les Républicains.

La co-présidente du groupe écologiste à l'Assemblée a enfin dénoncé la constitutionnalisation de la déchéance de nationalité, une "brèche funeste ouverte" dans la loi fondamentale.