twitter facebook chevron-right

Crise des éleveurs : Valls refuse "la course effrénée aux prix bas"

Désendettement, allègements de charges et soutien à l’investissement : le gouvernement va débloquer 600 millions d'euros pour venir en aide aux éleveurs.

"Il faut consommer de la viande française, elle est de qualité !". C'est le message de Manuel Valls, alors que la crise des éleveurs continue. Le Premier ministre a présenté le plan d'urgence du gouvernement pour la filière, mercredi à la suite du conseil des ministres. Il s'est montré ferme envers les intermédiaires, en particulier la grande distribution : "Il ne peut pas y avoir une course effrénée aux prix bas, une captation de la valeur ajoutée", a t-il déclaré.

Avec ce plan, le gouvernement veut "retrouver un cercle vertueux" pour sortir de la crise qui couve depuis "trop longtemps"."Le gouvernement est aux cotés du monde paysan et il met tout en œuvre pour redonner aux éleveurs les perspectives et la sérénité auxquelles ils aspirent légitimement", assure Manuel Valls.

Stéphane Le Foll détaille le plan d'urgence du gouvernement

Suite à l'intervention du Premier ministre, le ministre de l'Agriculture a détaillé le plan du gouvernement pour le secteur. Les 600 millions d'euros, que l’État va débloquer se déclinent de la manière suivante :

Des mesures pour alléger la trésorerie des éleveurs. Elles comportent 100 millions d’annulations de charges et cotisations, et 500 millions de reports. Il s’agit de reports d’échéance de paiement de l’impôt sur le revenu, de remboursements anticipés de TVA, d’exonérations de taxes foncières, et de mesures liées à la Mutualité sociale agricole (MSA, la Sécu des agriculteurs).

Ensuite l'Etat aidera les éleveurs à restructurer leurs dettes. "Le fonds d’allégement des charges (FAC) est porté à 50 millions d’euros, contre 8 millions actuellement", a indiqué Stéphane Le Foll.

De plus, la Banque publique d’investissement (BPI) pourra garantir jusqu’à 500 millions d’euros de crédit bancaire de trésorerie aux entreprises du secteur de l’élevage pour faire face à l’ensemble de leurs besoins.

Le gouvernement a aussi annoncé des mesures structurelles, comme la promotion de la viande française à l'export, le renforcement des contrôles sur l'étiquetage de l'origine des viandes et la diversification des revenus des éleveurs.

En particulier, 10 millions d’euros seront débloqués pour les filières porcines, bovines et produits laitiers afin d'assurer la promotion de la viande française. Les secrétaires d’Etat, Matthias Fekl et Harlem Désir, seront mobilisés pour assurer un relais efficace.

La présentation de Stéphane Le Foll en vidéo :