twitter facebook chevron-right

Censure partielle de la loi anticasseurs : Christian Jacob demande au président de la République un réexamen du texte

Alors que le Conseil constitutionnel a censuré l'article sur les interdictions administratives de manifester, Christian Jacob dénonce "l'hypocrisie" d'Emmanuel Macron, qui avait sollicité l'avis des Sages. Le patron des députés Les Républicains estime que le président de la République doit décider d'une nouvelle délibération pour "réécrire" le texte.

Faut-il rouvrir le débat sur la loi anticasseurs et réécrire l'article controversé sur les interdictions administratives de manifester ? Pour Christian Jacob, Emmanuel Macron doit engager une nouvelle délibération sur le texte, censuré sur ce point précis par le Conseil constitutionnel jeudi.

Dans Parlement hebdo, le chef de file des Républicains reproche au président de la République son "hypocrisie" :

Je vous présente une loi, je demande à ma majorité de la voter, je demande au gouvernement de se mobiliser mais je la défère pour être sûr que l'article soit invalidé.Christian Jacob, Parlement hebdo, le 5 avril 2019

Il l'appelle donc à user de l'article 10 de la Constitution, qui permet au chef de l'État et à lui seul de demander le réexamen d'un texte avant sa promulgation. Un cas de figure extrêmement rare.

Si le président de la République n'est pas aussi hypocrite que je le dis, j'imagine qu'il va faire une deuxième délibération. Et qu'on peut très bien réécrire ce texte pour qu'il puisse être validé par le Conseil constitutionnel. (...) C'est le minimum à faire.Christian Jacob, Parlement hebdo, le 5 avril 2019

Alors que le débat sur les interdictions administratives de manifester avait fracturé la majorité, pas sûr qu'Emmanuel Macron réponde positivement à cette demande...

>>> À lire. Loi anticasseurs : le Conseil constitutionnel donne raison aux opposants

"12 millions d'euros pour servir la notoriété du président !"

Christian Jacob fustige également le coût du Grand débat national. Un exercice tout à la gloire de l'exécutif selon lui :

"La République a dépensé 12 millions pour que le président se mette en scène (...) et pour qu'il gagne du temps."Christian Jacob, Parlement hebdo, le 5 avril 2019