twitter facebook chevron-right

Cazeneuve réclame des "poursuites adéquates" contre les propos de Jean-Marc Rouillan sur les terroristes du 13 novembre

Auditionné lundi par une commission d'enquête parlementaire, Bernard Cazeneuve a condamné les propos de l'ancien militant d'Action directe qui a évoqué le "courage" des terroristes.


MISE À JOUR, 19h15 : Le parquet de Paris a ouvert lundi soir une enquête préliminaire pour "apologie du terrorisme" visant le cofondateur d'Action directe Jean-Marc Rouillan qui a qualifié de "courageux" les auteurs des attentats jihadistes de novembre, a-t-on appris de source judiciaire.

Lundi, Bernard Cazeneuve a condamné devant les députés les propos de l'ancien membre d'Action directe, Jean-Marc Rouillan. "J'ai demandé à mes services d'examiner la possibilité juridique d'adresser au procureur de la République un article 40 (du code de procédure pénale) afin que les poursuites adéquates, si elles sont possibles, soient déclenchées."

Jean-Marc Rouillan, interrogé par un mensuel marseillais nommé Le Ravi, avait notamment évoqué "le courage avec lequel se sont battus les terroristes du 13 novembre, dans les rues de Paris, en sachant qu'il y avait près de 3000 flics autour d'eux".

Bernard Cazeneuve a ajouté qu'"il appartient au ministère public de requérir la révocation de la libération conditionnelle de cet individu". Jean-Marc Rouillan est en liberté conditionnelle depuis 2011.

Je n'ai aucune mansuétude à l'égard de ce type de propos (qui) sont une offense à la mémoire des victimes et une blessure supplémentaire pour des familles qui ont déjà beaucoup enduré.Bernard Cazeneuve