twitter facebook chevron-right

Budget 2018 : les critiques du rapporteur sont arrivées "un peu trop tôt", regrette un porte-parole LREM

Le porte-parole du groupe La République en marche et député des Côtes-d'Armor reproche au rapporteur du projet de loi de finances un mauvais timing dans ses déclarations à la presse sur la taxation des objets de luxe comme "les yachts, les jets privés, les chevaux de course, les voitures de luxe ou encore les lingots d'or".

Ses déclarations, vendredi dernier au journal le Parisien, avaient suscité une certaine gêne dans la majorité présidentielle. Le député LREM Joël Giraud, rapporteur du budget 2018, avait notamment jugé qu'il y avait "des choses à revoir" dans le projet de loi de finances du gouvernement. En cause, le nouvel impôt sur la fortune voulu par Emmanuel Macron. Le rapporteur se montrait réservé sur la transformation de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) en un impôt retranché uniquement à la "fortune immobilière", baptisé IFI, et qui exclurait "les yachts, les jets privés, les chevaux de course, les voitures de luxe ou encore les lingots d'or", reprochait Joël Giraud.

Mardi dans Politique matin, le porte-parole du groupe LREM, Hervé Berville, a regretté le tempo des déclarations du rapporteur du budget. "Joël Giraud a eu un seul défaut, c'est de l'avoir sorti dans la presse un peu trop tôt... Ces discussions-là, elles ont eu lieu en commission. Ces discussions allaient venir... Mais la question qu'il pose est tout à fait légitime. J'y suis favorable."

Le député des Côtes-d'Armor nie toute pression de Richard Ferrand, le président de groupe des députés LREM, sur le sujet. Le groupe la République en marche n'est qu'au début des discussions budgétaires qui promettent d'être animées...