twitter facebook chevron-right

Bruno Le Roux : "Bamboula", un terme qui "n'appartient pas au langage des représentants de l'État"

Auditionné vendredi à l'Assemblée nationale, le ministre de l'Intérieur a critiqué les propos du porte-parole du syndicat Unité police SGP-FO sur France 5, tout en relevant "les insultes ou outrages" que subissent parfois les forces de l'ordre.


Les "porteurs de l'uniforme" doivent exclure de leur vocabulaire "tous les termes discriminatoires" ou "racistes", que ce soit "en intervention" ou sur un "plateau de télévision". Un message clair que Bruno Le Roux a fait passer vendredi matin, devant la commission de suivi de la lutte contre le terrorisme.

Le ministre visait les propos tenus la veille par Luc Poignant, porte-parole du syndicat Unité police SGP-FO :

D'accord, Bamboula, ça ne doit pas se dire... Mais ça reste encore à peu près convenable.Luc Poignant, invité de l'émission "C dans l'air", sur France 5

Dans un contexte tendu après l'interpellation violente du jeune Théo à Aulnay-sous-Bois par des policiers, Luc Poignant était interrogé sur les insultes que subissent certains habitants lors de contrôles de police. Il s'est depuis excusé.

Pour le ministre de l'Intérieur, "il y a des termes qui n'appartiennent pas au langage des représentants de l'État", même s'il "n'ignore rien de ce que subissent ces porteurs d'autorité en matière d'insultes ou en matière d'outrages". "Aucun propos de ce type n'est admissible", conclut-il.