twitter facebook chevron-right

Avenir de l'Europe : "Ce qui se passe en Italie est prémonitoire"

Le professeur Marc Lazar a décrypté, jeudi à l'Assemblée, le nouveau visage de la politique italienne. Si l'universitaire ne voit pas d'avenir commun entre la Ligue et le Mouvement 5 étoiles, il note cependant de réelles convergences entre ces deux forces. Leur victoire, sur fond de crise migratoire, sonne comme un avertissement pour l'Europe.

Italie, année zéro ? Pour Marc Lazar, l'Italie a vécu il y a trois mois un véritable "big bang" politique. Forza Italia et le Parti démocrate, qui se partageaient jusqu'alors le pouvoir, ont été marginalisés par la percée historique de l'ancienne Ligue du Nord, rebaptisée la Ligue (Lega) et le Mouvement 5 étoiles lors des élections générales.

Alors que le nouveau président du conseil, Giuseppe Conte, est reçu vendredi par Emmanuel Macron, la France va devoir repenser ses rapports avec son voisin, troisième économie européenne depuis le Brexit. Car le nouveau pouvoir italien a fait de la crise migratoire le socle de son alliance, et compte bien réorienter la politique européenne en la matière, comme l'a montré l'épisode de l'Aquarius.

Marc Lazar appelle Paris à la prudence, car chaque mot lancé sur la politique italienne compte. C'est le cas lorsqu'Emmanuel Macron qualifie de "cynique" l'attitude du gouvernement italien après son refus d'accueillir l'Aquarius. Or, dit Lazar, "les critiques mal formulées de certains pays européens mettent les deux partis (la Ligue et le Mouvement 5 étoiles) en situation de refaire leur unité".

Après la secousse italienne, des répliques ?

Malgré des divergences de fond (sur les questions économiques et sociales notamment), l'irruption de ces deux partis ne doit surtout pas être regardée comme une incongruité historique. Au contraire, plaide Marc Lazar :

L''anomalie' italienne a longtemps été considérée comme une clé d'explication que je réfute depuis des années. Je pense que ce qui se passe en Italie est prémonitoire.Marc Lazar, professeur d'histoire et de sociologie à Sciences Po

L'objectif de long terme de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles est bien, selon lui, de se substituer aux anciens partis afin de redessiner un bipartisme à leur avantage. Les alliés du jour pourraient donc devenir les adversaires de demain.

En attendant, Marc Lazar souligne que ces deux formations ont su mieux répondre que les autres à trois grands désirs des italiens : retour de la souveraineté nationale, positionnement plus eurocritique et demande de démocratie directe. Et ce, alors même que le peuple italien a longtemps été l'un des plus europhiles...