twitter facebook chevron-right

Attentats de 2015 : échanges tendus entre le directeur de la rédaction de BFMTV et le président de la commission d'enquête

Lundi après-midi, les représentants des grandes chaînes de télévision étaient reçus par la commission d'enquête de lutte contre le terrorisme.


Les représentants des grands médias audiovisuels étaient reçus, lundi après-midi par la commission d'enquête relative aux "moyens mis en ?uvre par l'État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015". Ils sont notamment revenus sur le traitement médiatique des attentats de janvier puis de novembre, l'an dernier.

Hervé Béroud, le directeur de la rédaction de BFMTV, a dû s'expliquer sur l'erreur d'un de ses journalistes qui avait donné, en direct à l'antenne, la position d'un otage caché dans l'Hyper Cacher à Paris, alors que le terroriste Amedy Coulibaly était encore dans le magasin.

"Pourquoi avoir diffusé cette information ?"

"Pourquoi avoir diffusé cette information ?" interroge le président de la commission, Georges Fenech, avant de citer les mots d'un ancien otage :

Le traumatisme du traitement médiatique de l'Hyper Cacher était aussi vif que la prise d'otage elle-même. Geoges Fenech, citant un ancien otage

Le directeur de la rédaction de BFMTV, Hervé Béroud, reconnaît immédiatement l'"erreur" de son équipe mais précise qu'en aucun cas, elle ne pouvait "résumer 10 heures de direct".

Une interview réalisée pendant la prise d'otages

Puis, les membres de la commission reviennent sur la conversation téléphonique - hors antenne - entre le directeur adjoint de la rédaction de BFMTV avec Amedy Coulibaly, pendant la prise d'otages. Là encore, Hervé Béroud se défend, expliquant avoir remis en premier lieu l'enregistrement à la police et n'avoir diffusé qu'un petit extrait, "une fois la prise d'otages achevée".

Après les attentats de janvier, le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) avait adressé 21 mises en demeure à 16 médias, pour des "manquements graves", susceptibles de "conséquences dramatiques". Six anciens otages de la chambre froide de l'Hyper Cacher avaient porté plainte contre BFMTV, l'accusant d'avoir mis leur vie en danger. Depuis, un accord a mis fin à la procédure.