twitter facebook chevron-right

Attaque à Marseille : "Faillite de l'Etat !", dénonce Dupont-Aignan

Le président de Debout la France est revenu, lundi dans Politique matin, sur l'attaque de dimanche à Marseille qui a fait deux morts. Il dénonce un "déni de réalité" : "On est en guerre !", et prône le retour des frontières.

Le député Nicolas Dupont-Aignan a critiqué la gestion de la menace terroriste par l'exécutif. "Le problème de fond de notre pays : c'est le déni de réalité ! On est en guerre, il y a des gens qui veulent nous exterminer et on réagit par des demi-mesures..."

"En France vous pouvez être clandestin, commettre des délits, et vous n'êtes pas expulsé !" Nicolas Dupont-Aignan, député et président de Debout la France

Le député de l'Essonne voit dans l'attaque à Marseille (Bouches-du-Rhône) une nouvelle traduction du non-respect des lois de la République. "Faillite de l'Etat ! Ça date depuis des années... Il n'y a pas de frontières dans notre pays, il faut rétablir des frontières !"

Dupont-Aignan demande l'application de l'article du code pénal "d'atteinte à la sûreté de l'Etat"

Le candidat malheureux au premier tour de la présidentielle - il avait rassemblé 4,70% des suffrages - s'indigne d'un supposé laxisme judiciaire. "Il y a une loi qui n'est pas appliquée, qui punie de 30 ans d'emprisonnement toute personne qui est complice d'atteinte à la sûreté de l'Etat. Les procureurs ne demandent pas l'application de cet article... Je le demande au garde des Sceaux. Pourquoi ?!", interpelle le président de Debout la France.

Le président de Debout la France et les "murs" en France

Alors que la mairie de Paris achève une enceinte de protection autour de la Tour Eiffel, Nicolas Dupont-Aignan condamne cet état de fait : "On nous a dit que les frontières, ce sont des murs. Mais on se fait des murs chez nous !"

Maintien de l'Etat d'urgence

Au lendemain de l'attaque qui a fait deux morts à Marseille, Nicolas Dupont Aignan espère que "le gouvernement va renoncer à supprimer l'Etat d'urgence". Il juge la nouvelle loi antiterroriste, en débat à l'Assemblée, comme un "Etat d'urgence aux petits pieds !" même s'il la votera néanmoins, "faute de mieux".