twitter facebook chevron-right

Le directeur de l'abattoir du Vigan veut un établissement "exemplaire" en matière de protection animale

Après l'audition de l'association L214 mercredi, c'est au tour des directeurs des abattoirs mis en cause d'être entendus par la commission d'enquête.


Pour comprendre le débat >> Abattoirs : la maltraitance animale dans le collimateur des députés

Jeudi matin, Laurent Kauffmann, directeur de l'abattoir du Vigan, et Roland Canayer, président de la Communauté des communes du Pays Viganais, étaient entendus par la commission d'enquête sur les abattoirs. Cet établissement a été mis en cause par l'association L214 qui, le 23 février, avait publié une vidéo de plus de quatre minutes montrant des mauvais traitements sur les animaux.

Depuis, une enquête a été ouverte et l'abattoir fermé. Moins d'un mois plus tard, le 21 mars, à l'approche des fêtes de Pâques, l'établissement a rouvert partiellement.

Devenir "un abattoir exemplaire"

Roland Canayer est revenu sur les événements et a expliqué son désir de devenir "un abattoir reconnu exemplaire" :

L'ensemble de la filière s'est plutôt focalisé sur les questions d'hygiène ces quinze dernières années. Il faudrait aujourd'hui tout mettre en oeuvre pour atteindre le niveau de compétence en matière de protection animale. [...] Nous avons l'ambition de devenir un abattoir reconnu exemplaire. Roland Canayer, président de la Communauté des communes du Pays Viganais

"Moi-même, je suis tombé des nues"

Puis Laurent Kauffmann, le directeur de l'abattoir du Vigan, est revenu sur la vidéo de l'association L214. "Moi-même, je suis tombé des nues", a-t-il assuré aux députés de la commission d'enquête, avant d'ajouter : "On ne se gausse pas de dire 'je suis tueur dans un abattoir' " :

Cette vidéo a été très difficile pour la ville et la communauté du Vigan, poursuit Laurent Kauffmann, d'autant plus que les contrôles effectués étaient bons :


Les images de la vidéo-surveillance à disposition ?

Depuis le scandale, des caméras de vidéosurveillance ont été installées dans l'abattoir. Le président de la Communauté des communes du Pays Viganais, Roland Canayer, explique que les images devraient donc bientôt être à disposition des personnes désirant les regarder. C'est une des demandes de l'association L214.

Le directeur de l'abattoir et le directeur général des services de la communauté de communes, Samuel Chatard, précisent, à LCP.fr que des autorisations sont actuellement à l'étude. Les vidéos ne seront donc pas disponibles immédiatement. Et pas non plus pour tous les citoyens. "Nous allons en discuter et préciser exactement les conditions pour accéder aux vidéos", souligne Samuel Chatard.


L'abattoir du Vigan employait quatre personnes. Depuis la diffusion de la vidéo de L214, il y a eu un licenciement et une non-reconduction. Lors de leur audition à l'Assemblée, son président a précisé que l'établissement n'employait aucun personnel intérimaire.

---

Pour comprendre le débat

>> Abattoirs : la maltraitance animale dans le collimateur des députés

Pour revoir les autres interventions

>> Devant la commission d'enquête, l'association L214 détaille les techniques d'abattage

>> Abattage : le maire d'Alès qualifie les méthodes de l'association L214 de "terroristes"

----

Article d'Elodie Hervé