twitter facebook chevron-right

Le dernier
numéro

Le jour où le sud a gagné sa liberté : l'Indochine
Diffusée le 25/03/2019

Le 17 juin 1954, Pierre Mendès-France, nouveau président du Conseil, annonce à la tribune de la Chambre des députés qu'il se donne trente jours pour mettre fin à la guerre d'Indochine, faute de quoi il démissionnera. Depuis près de dix ans, la France mène en Indochine une guerre meurtrière et coûteuse pour combattre le Viêtminh, le mouvement communiste et indépendantiste dirigé par Ho-Chi-Minh. En mai, le corps expéditionnaire a subi à Dien-Bien-Phu une défaite cuisante. Mendès a décidé de retirer les troupes françaises. Mais il faut encore régler des questions cruciales : le partage du pays entre le Viêtminh et les forces politiques opposées au communisme, la tenue d'élections dans tout le Viêt-Nam, le sort du Laos et du Cambodge.
Mendès dispose d'un mois pour négocier une paix honorable et organiser le retour de la stabilité dans la région, dans un monde dominé par la guerre froide qui oppose l'ouest et le bloc communiste.
Une négociation au couteau s'engage à Genève, dont dépend l'avenir du Viêt-Nam mais aussi celui de l'Asie du Sud-Est et, par contrecoup, de la planète tout entière.
Ce jour-là, le sort de l'empire français est en jeu. Une étape décisive s'ouvre dans l'histoire de la guerre froide.

En savoir + sur GRAND ECRAN PLATOS 2015 2016

En partenariat avec