twitter facebook chevron-right

Sous la motion, l'insurrection

Ça vous regarde

Sous la motion, l'insurrection

Diffusée le 11/05/2016

Manuel Valls a engagé hier la responsabilité du gouvernement à la tribune de l'Assemblée nationale, en recourant à l'article 49-3 de la Constitution, afin de faire adopter la loi Travail sans vote des députés. L'exécutif met ainsi fin aux discussions qui avaient débuté le 3 mai. Un examen déjà partiellement suspendu par " la réserve des votes" réclamée lundi par Myriam El Khomri.

Les députés Les Républicains et UDI, se sont tout de suite empressés de déposer une motion de censure contre le gouvernement. Celle-ci sera débattue dès jeudi après-midi dans l'hémicycle et soumise au vote. A gauche, les frondeurs Laurent Baumel et Pouria Amirshahi ainsi que les communistes emmenés par le président du Front de gauche à l'Assemblée, André Chassaigne, ont appelé à la censure.

Sur les 5000 amendements déposés, il ne reste désormais plus que les 469 amendements intégrés par le gouvernement. L'exécutif a annoncé dans la foulée, qu'il renonçait sur le périmètre géographique des licenciements économiques et à la surtaxation des CDD. L'article sur les accords d'entreprise, compromis proposé par le rapporteur PS, Christophe Sirugue pour tenter de satisfaire les frondeurs, restera lui inchangé.
La colère a aussi envahi la rue. Le mouvement Nuit debout dénonce " un déni de démocratie " et a appelé à une mobilisation devant l'Assemblée nationale. La contestation est amenée à se poursuivre ce jeudi à l'initiative de sept syndicats (CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, FIDL, UNL). Opposants et manifestants vont-ils convaincre le gouvernement de reculer ? Les invités d'Arnaud Ardoin en débattent ce soir de 19h30 à 20h30 dans l'émission Ça vous regarde sur LCP.

- Christophe Sirugue, député PS de Saône-et-Loire et rapporteur du projet de loi travail.
- Romain Goupil, réalisateur.
- Thierry Fabre, Rédacteur en chef adjoint à Challenges.
- André Chassaigne, président du groupe GDR à l'Assemblée nationale.